Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale de la lutte contre le cancer

Soutien-gorge, déodorant, alimentation... : des cancérologues dénoncent les préjugés sur le cancer

Alors que la Journée mondiale de la lutte contre le cancer a eu lieu ce dimanche et que les progrès n’ont jamais été aussi importants en cancérologie, des médecins de l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon ont décidé de tordre le cou aux préjugés et aux idées reçues sur cette maladie. Soutien-gorge, déodorant, viande rouge... ils décryptent le vrai du faux.

Soutien-gorge, déodorant, alimentation... : des cancérologues dénoncent les préjugés sur le cancer cuteimage1/epictura

  • Publié 04.02.2018 à 11h50
  • |
  • Mise à jour le 06.02.2018 à 13h26
  • |
  • |
  • |


Avec près de 400 000 cas et près de 150 000 décès en 2017, le cancer reste une cause importante de décès et de craintes. Ces craintes sont parfois légitimes parfois abusives, et elles génèrent nombre de phantasmes et d'idées reçues qui sont préjudiciable à l'organisation des soins et au dépistage précoce.

Les médecins de l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon ont tenu à démêler le vrai du faux sur des phrases qu’il n’est pas rare de lire sur les réseaux sociaux : "On ne guérit jamais vraiment du cancer", "Jetez vos déodorants à la poubelle, ils sont cancérigènes", "Ma mère et ma grand-mère ont eu un cancer du sein, c’est certain, j’en aurai un !" ou encore "Mangez plus de graisses et moins de sucre et vous éviterez d’attraper un cancer !".

Difficile de dire ce qui est vrai et ce qui est faux dans ces phrases, pour les malades et leurs familles. L’Institut de Cancérologie des Hospices civils de Lyon a organisé une conférence pour mettre faire le point et chasser les idées reçues. "A l’approche de la journée mondiale contre le cancer, il y a encore beaucoup d’idées fausses qui circulent", précise Benoit You, oncologue et intervenant lors du point presse.  

Le cancer augmente partout : FAUX

Depuis 2005, le nombre de nouveaux cas de cancers en France décroît, du moins chez les hommes (-1.3%), l’incidence féminine se stabilise (+0.2%). La même chose peut être dite pour le nombre de décès, en décroissance entre 1980 et 2012.

Dans le monde, entre 1991 et 2015, le taux de mortalité du cancer a baissé de 26%. Des résultats liés à une détection plus précoce des cancers, de meilleurs traitements…et l’arrêt du tabac. Il existe cependant des disparités selon le type de cancer.

On ne guérit pas du cancer : FAUX

La phrase : "On ne guérit jamais vraiment du cancer" est fréquemment entendue et elle est complètement fausse. S’il est vrai que certains cancers ne guérissent pas encore, les médecins arrivent le plus souvent à les transformer en maladie chronique pendant plusieurs années.

Concernant le cancer du sein : 3 femmes sur 4 vont guérir en France et en moyenne, 1 cas sur deux sort aujourd’hui de la maladie grâce au dépistage précoce et à de nouveaux traitements.
Dans le monde, la survie augmente également après un cancer, selon l'étude Concord-3, publiée le 30 janvier dans la revue The Lancet. Menée à partir des données de 37,5 millions de patients originaires de 71 pays et souffrant d'un des 18  cancers les plus répandus entre 2000 et 2014, l’étude a démontré que le taux de survie a progressé aux États-Unis, au Canada, en Australie, Finlande, Nouvelle-Zélande, Norvège, Suisse  et Islande. En moyenne, le taux de survie a progressé de cinq années.

Entrer dans un protocole c’est être un cobaye : FAUX

Tous les médecins sont formels : "participer à une étude médicale ne fait pas d’un patient un cobaye". Les traitements qui sont testés sont en majorité plus efficaces que les traitements comparateurs qui sont les traitements standards. C’est pour vérifier cela qu’il existe des comités d’éthiques, seuls habilités à autoriser des essais comparatifs dans le domaine de la cancérologie et autres. Participer à un protocole est même le seul moyen d’accéder à des traitements innovants et inaccessibles. Par ailleurs, les centres anticancéreux qui réalisent beaucoup de protocoles sont les centres les plus entraînés au suivi des cancers et l’accompagnement des malades est plus strict, plus organisé et plus sûr.

Le cancer est héréditaire : Pas complètement VRAI

"Ma mère et ma grand-mère ont eu un cancer du sein, c’est certain, j’en aurai un !". La question de la génétique du cancer a été abondamment posée durant le point presse. En moyenne, 5 à 10% des risques de cancer sont susceptibles d’être transmis génétiquement.

Mais, en dehors de cancers rares où la mutation génétique est directement responsable de la maladie, la plupart d'entre eux ne présente pas pas de risque de mortalité. Un risque possible de réduire avec une bonne hygiène de vie ou avec une contraception pour certains cancers des femmes, même chez les fumeuses.
Dans la polypose familiale de l’intestin, un état qui peut conduire au cancer, prendre de l’aspirine ou modifier la flore intestinale pourraient permettre de réduire le risque de transformation. Pour prévenir le cancer de l’estomac, il suffit le plus souvent de se débarrasser d’une infection chronique de l’estomac à Helicobacter pylori.

Il faut se reposer en cas de cancer : FAUX

Au moment des chimiothérapies, il faut se reposer car on est souvent très fatigué, mais à distance, l’exercice physique et le sport amélioreraient plutôt le pronostic. "Avant, on suggérait que les patients ne fassent pas d’efforts physiques, évoque Benoit You. Maintenant, on encourage vivement des exercices fréquents".
En as de cancer, les malades connaissent un "déconditionnement physique", qui correspond à un affaiblissement de leurs dispositions musculaires et cardio-respiratoires. Une activité physique fréquente prévient ainsi des déficits physiques et moraux. D’autre part, certaines études ont montré que l’exercice physique participe à la prévention des rechutes, vraisemblablement en renforçant les défenses immunitaires. 

L’alimentation ne joue aucun rôle : FAUX

Sur la question des régimes, les intervenants sont un plus partagés. "Certains cancéreux et non-cancéreux abusent des régimes qui auraient la réputation de prévenir la maladie ou permettraient de mieux tolérer les traitements en question", explique Benoît You. Des études réalisées sur l’alimentation ont des résultats discordants car il est difficile d’apprécier correctement l’alimentation.

Mais selon les Américains, près d’un cancer sur 2 serait évitable en améliorant les facteurs de risque. Une nouvelle étude de l'American Cancer Society répertorie les facteurs de risque pour divers types de cancer : ils sont au nombre de 17. Les scientifiques les qualifient de "modifiables", dans la mesure où les gens peuvent prendre des mesures actives pour les changer. Dans cette nouvelle étude, ces facteurs comprennent principalement la consommation d'alcool, le fait de fumer, l’excès de poids corporel, une faible teneur en fibres dans son régime alimentaire, la consommation de viande rouge transformée, une faible consommation en fruits et légumes, les rayonnements ultraviolets, une carence en calcium et un manque d'activité physique. Lutter contre ces facteurs de risque réduirait les risques. Par ailleurs, la nutrition et plus largement l’hygiène de vie, influencent la vie de l’après-cancer.

"Et le soutien-gorge ? Il y a-t-il des risques ?". Aucune étude ne permet de prouver un lien entre le port d’un soutien-gorge, même à armature, et le cancer du sein. Même constat pour le déodorant, longtemps suspecté à cause des sels d’aluminium qu’il contient.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité