Publicité

QUESTION D'ACTU

Accidents thromboemboliques

Pilules de 3e génération : l'AVEP réclame le principe de précaution

L'AVEP dénonce la sous évaluation par l'ANSM des thromboses dues aux pilules. L'association réclame l'application du principe de précaution et le retrait des pilules les plus dangereuses.

Pilules de 3e génération : l\'AVEP réclame le principe de précaution DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 02.04.2013 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« La pharmacovigilance a été inefficace dans la surveillance et la comptabilisation des effets indésirables de la pilule ». C'est le constat dressé par l'Association de Victimes d'Embolie Pulmonaire (AVEP) en réaction au communiqué de presse de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) du 26 mars 2013 concernant les risques d’accidents thromboemboliques veineux (ATEV) dus aux contraceptifs oraux combinés (COC). Ce jour là, l’Ansm dévoilait des résultats complets, pour le moins inquiétants. De 2000 à 2011, les COC auraient été à l’origine, chaque année, de 2529 accidents thromboemboliques veineux et de 20 décès prématurés.

 

Dans une lettre adressée à l'ANSM, l'AVEP dénonce la sous-évaluation des chiffres des victimes d'accidents thrombemboliques. D'après l'association, ces chiffres ne comptabiliseraient pas les accidents vasculaires cérébraux (AVC), les ATEV liés à l'utilisation des implants, patchs et anneaux contraceptifs, ainsi que les décès brutaux inexpliqués, hospitaliers ou à domicile, pour lesquels la prise de COC n’est bien souvent pas mentionnée ou bien l’embolie pulmonaire (EP) non recherchée comme étiologie.  

Mais l'AVEP interroge l' Agence  pour savoir si les remontées par tous les hôpitaux publics hors CHU, hôpitaux et cliniques privés, les décès par EP ou AVC qui auront été classés dans la catégorie « arrêt cardiaque » (tiroir « fourre-tout » quand l’origine est inexpliquée précise la lettre) et les cas d’EP et de phlébites qui ont été traités en ambulatoire avec des injections d’anticoagulants à domicile ou dans des cabinets libéraux ont été pris en compte.

 « L'AVEP ne doute pas que l'Agence européenne du médicament va entraîner très rapidement une réévaluation du bénéfice-risque et donc des autorisations de mise sur le marché de ces produits, écrit l'association. Faut-il d’ailleurs attendre encore, et continuer à faire courir des risques aux femmes ? » interpelle-t-elle.  Et de conclure, « le principe de précaution voudrait qu’on  retire du marché immédiatement les  pilules les plus dangereuses ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité