Publicité

QUESTION D'ACTU

Décision du Conseil d'Etat

Affaire Marwa : la direction de l'AP-HM soutient les médecins

Après la décision du Conseil d'Etat concernant la petite Marwa, la direction de l'AP-HM soutient les personnels soignants qui font face à une "situation inédite".

Affaire Marwa : la direction de l'AP-HM soutient les médecins dlpn/epictura

  • Publié 09.03.2017 à 11h41
  • |
  • |
  • |
  • |


La direction de l’hôpital de la Timone où est hospitalisée la petite Marwa « prend acte de la décision du Conseil d’Etat » et assure qu’elle « poursuivra les soins de l’enfant ». Dans un communiqué de presse publié ce jeudi 9 mars, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille a tenu à renouveler son soutien aux personnels soignants « qui face à cette situation inédite, à ses retentissements dans les médias et via les réseaux sociaux, ont été particulièrement affectés et éprouvés ».

Depuis novembre 2016, un bras de fer s’est engagé entre les médecins et la famille. La petite fille de 15 mois a été hospitalisée en septembre 2016 après avoir souffert d’une infection foudroyante qui l’a plongée dans le coma. Un état de conscience altéré dont elle sort en novembre. Or, quelques jours avant ce réveil inespéré, les médecins avaient décidé à l’unanimité de débrancher l'appareil respiratoire qui la maintenait en vie. L'équipe médicale était persuadée – et l'est encore aujourd’hui - que la petite fille présenterait de graves handicaps, du fait des lésions neurologiques.

Les parents farouchement opposés à l’arrêt des traitements avaient alors saisi le tribunal administratif qui avait mandaté 3 experts, deux neurologues et un neuropédiatre. Bien que ces derniers aient confirmé les lésions neurologiques et assuraient que Marwa serait atteinte d’un handicap « irréversible », ils avaient refusé de trancher « ce dilemme éthique ». Le tribunal avait alors enjoint l’équipe médicale à maintenir les soins.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

La décision du Conseil d'Etat est définitive

Une décision contestée par la direction de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP - HM) qui a saisi début février le Conseil d’Etat. L’audience s’est tenue le 2 mars à huis clos. Et après délibérations, le juge des référés a rejeté l’appel de l’établissement marseillais. Le magistrat a estimé que « la poursuite des traitements, dans les circonstances de l’espèce, ne caractérisait pas une obstination déraisonnable ». Cette décision est définitive, aucun recours n’est possible.

Les médecins du service de réanimation de l’hôpital marseillais sont donc tenus de poursuivre les soins de la petite Marwa. La direction de l’établissement a d’ailleurs souhaité rappeler qu’ils « n’ont jamais cessé d’assurer avec professionnalisme et dévouement la prise en charge de tous les patients qui leur sont confiés ».

L’AP-HM espère maintenant que « les équipes médicales et soignantes puissent continuer à exercer leurs missions dans un climat de calme, de confiance et de sérénité. »

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité