Publicité

QUESTION D'ACTU

Audit

Depakine : les prescriptions passées à la loupe à l'AP-HP

Un an après la révélation de l'affaire Dépakine, la direction de l'AP-HP a voulu s'assurer que ses médecins respectent les nouvelles recommandations. 

Depakine : les prescriptions passées à la loupe à l'AP-HP LODI FRANCK/SIPA

  • Publié 27.02.2017 à 18h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a un an éclatait le scandale de la Dépakine. Des milliers de femmes exposées à un antiépileptique efficace mais tératogène, et des centaines d’enfants victimes de malformations congénitales. L’été dernier, l’Etat a reconnu que plus de 14 000 grossesses ont été exposés au valproate de sodium. Dans 30 à
40 % des cas, les enfants présenteraient des troubles neurodéveloppementaux.

Les conséquences sont telles que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a émis en mai 2015 des nouvelles conditions de prescriptions. « Le valproate ne doit plus être prescrit aux filles, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer et aux femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives médicamenteuses », indiquait l’autorité sanitaire.
Chez celles pour qui ces spécialités sont indispensables, la prescription initiale est réservée aux neurologues, psychiatres ou pédiatres. Les médecins sont également tenus de recueillir un accord de soins de la patiente après l’avoir informé des risques liés à ces médicaments.

A l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, directeur général de l’institution parisienne, a voulu savoir si ses médecins respectent ces nouvelles règles de prescription. Un audit a alors été réalisé auprès des 10 100 médecins correspondant à l’ensemble des praticiens de l’AP-HP. L’évaluation, à laquelle ont participé plus de 3 500 professionnels, concernait tous les médecins quelle que soit leur spécialité et qu’ils prescrivent ou non les spécialités à base de valproate.


Deux tiers des médecins font au moins une erreur

L’AP-HP indique que parmi les 164 prescripteurs fréquents, 65 % déclarent au moins une pratique non conforme aux recommandations. Parmi ces erreurs, environ 7 % seraient « inacceptables », ce qui « démontre que certaines recommandations sont parfois complexes à mettre en œuvre à l’hôpital par les équipes médicales », constate la mission de l’audit. Ces derniers relèvent que les principaux points d’amélioration concernent la délivrance du formulaire de consentement, et les conditions de réévaluation annuelle de la prescription.

A l’issue de cette démarche, des informations sur les règles de bonnes pratiques de prescription de la Dépakine et autres spécialités à base de valproate ont été délivrées aux médecins.

En outre, sur la base des constations faites lors de cet audit, Martin Hirsch et le président de la Commission médicale d’établissement (CME) ont demandé le 12 octobre dernier à tous les hôpitaux le retrait des stocks de médicaments qui pourraient être encore présents dans les services, la mise en place d’une dispensation nominative ainsi que la remise d’une copie de l’accord de soins.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité