Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête de la DGCCRF

Cosmétiques : la moitié des allégations sont non conformes

Plus de 1 000 allégations cosmétiques ont été contrôlées par la DGCCRF française. 46 % sont non conformes et 91 peuvent même entraîner des risques pour la santé des consommateurs.

Cosmétiques : la moitié des allégations sont non conformes Elena777/epictura

  • Publié 10.02.2017 à 17h10
  • |
  • |
  • |
  • |


La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a passé au crible le marché des cosmétiques français (1). Et ses conclusions qui ont été publiées mercredi sont implacables. Les allégations présentes sur les produits cosmétiques, leurs pratiques de fabrication et les produits pour bébés et enfants restent mal maîtrisés. Pire, les cosmétiques peuvent même être dangereux.

Les principales anomalies en matière d’étiquetage sont l’absence ou le non-respect du formalisme des mentions obligatoires. Pas moins de 8 % des produits analysés ne mentionnaient par exemple pas la présence d’allergènes à une teneur imposant pourtant l’étiquetage. D’autres substances auraient nécessité l’apposition d’avertissements (bénzophénone-3, acide thioglycolique). Mais sur certains produits leur mention ne figurait nulle part. 

 

91 allégations potentiellement dangereuses 

Par ailleurs, afin d’alimenter le rapport de la Commission européenne sur les allégations cosmétiques, 1 030 d'entre elles ont aussi été contrôlées par les enquêteurs de la DGCCRF. Même constat inquiétant puisque 46 % d'entre elles ont été considérées comme non conformes. 91 ont même été jugées « susceptibles d’avoir une incidence négative sur la santé des consommateurs du fait de cette non-conformité ».

Les types d’anomalies les plus fréquemment relevées au cours de ces contrôles sont la présence d’allégations tendant à conférer aux produits la qualification de médicament (par exemple « en raison de son haut pouvoir régénérateur, la crème reconstruit les tissus au niveau cellulaire ») ou les propriétés d’un ingrédient, sans justification : « calendula apaisant ». Les consommateurs apprécieront...

Des substances interdites 

De plus, de manière trompeuse, certaines allégations font parfois référence à une origine, à un mode de fabrication valorisant (« Fait main ») ou au caractère naturel, biologique ou hypoallergénique du produit. Un produit a également été trouvé non conforme à l’analyse, pour dépassement de seuil du conservateur autorisé. Il a ainsi été jugé dangereux.

Enfin, il faut souligner que la majeure partie des anomalies de composition a porté sur les produits de blanchiment de la peau contenant des substances interdites (hydroquinone, glucocorticoïdes, etc.). D’autres non-conformités proviennent pour leur part de traces de métaux lourds dans les masques de beauté, voire les produits de maquillage ou de coiffage, des produits contenant la plupart du temps des matières premières issues du sol (argile).

Fermeture d'un établissement

Cinq arrêtés préfectoraux ont entraîné la fermeture d’un établissement pour non-respect des bonnes pratiques de fabrication et le retrait, le rappel ou la suspension de commercialisation de produits contenant des substances interdites. Encore une fois, les saisies ont porté presque exclusivement sur des produits de blanchiment de la peau contenant des substances interdites.


(1) La personne responsable garantit pour chaque produit cosmétique mis sur le marché la conformité aux obligations applicables établies dans le règlement Produits cosmétiques. En général il s’agit du fabricant, mais ce peut être aussi l’importateur ou toute autre personne désignée expressément par mandat.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité