Publicité

QUESTION D'ACTU

Virus H5N8

Grippe aviaire : deux nouveaux cas dans le Tarn

Deux nouveaux élevages du Tarn seraient confrontés à la grippe aviaire. Dans le même temps, le cas suspect en Vendée a été infirmé et les mesures de sécurité levées.

Grippe aviaire : deux nouveaux cas dans le Tarn JanetandPhil/Flickr

  • Publié 05.12.2016 à 12h47
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cas suspect dans le Nord de la Vendée signalé ce samedi 3 décembre n'est pas un nouveau foyer de grippe aviaire. La préfecture de la Loire-Atlantique a annoncé que les 3 000 poulets retrouvés morts n'avaient pas été contaminés par le virus de l'influenza aviaire hautement pathogène H5N8. Les mesures de restriction de mouvement ont donc été levées. 

Dans le même temps, deux signalements ont été émis dans le Tarn dans des élevages de la communes de Combefa et Mouzieys-Panens, portant à 4 le nombre de foyers suspects et confirmés dans le Sud-Ouest. Comme le prévoit les règlements sanitaires, l’abattage systématique des animaux s’accompagne de la mise en place d’un périmètre de sécurité de 10 km autour des exploitations concernées.

Depuis fin novembre, le virus responsable de l’influenza aviaire hautement pathogène, H5N8, est détecté dans des élevages français. Au cours de ces deux dernières semaines, plusieurs foyers ont été recensés chez plusieurs de nos voisins européens, en raison du passage des oiseaux migrateurs contaminés, ainsi qu'au Japon.

 

Les exportations hors UE interdites

Fatal pour les animaux, le virus H5N8 est inoffensif pour l’homme. Et bien que cette épizootie n’ait rien avoir avec celle de l’an dernier (près de 80 foyers de grippe aviaire H5N1 dans 8 départements avaient été signalés), la découverte de ces nouveaux foyers repousse de 3 mois la reprise des exportations en dehors de l’Union Européenne.

Un nouveau coup dur pour la filière palmipède, et notamment celle du foie gras, déjà massivement impactée par le vide sanitaire imposé par le ministère. L’an dernier, l’arrêt de la production avait entraîné environ 300 millions d’euros de perte. L’état avait alors débloquer 290 millions d’euros, dont 130 millions pour les éleveurs d’oies et de canards affectés par l’épizootie de l’hiver dernier.

Mais le secteur reste optimiste et assure qu’il y aura bien du foie gras sur les tables pour les fêtes. Pour en avoir il faudra tout de même compter une petite hausse de 40 centimes par tranche 50 grammes, du fait d’une offre moins importante, souligne le comité interprofessionnel de la filière foie gras.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité