Publicité

QUESTION D'ACTU

Association Jean-Louis Mégnien

Hôpital : 200 signalements de maltraitance

L'association Jean-Louis Mégnien a reçu des témoignages en provenance de toutes les régions françaises, plus particulièrement Paris et Amiens.

Hôpital : 200 signalements de maltraitance Sopotniccy/epictura

  • Publié 26.11.2016 à 18h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Qui pouvait imaginer l'ampleur du phénomène ? En six mois, l'association Jean-Louis-Mégnien a reçu par dizaine des témoignages vibrants de professionnels de santé décrivant des situations de harcèlement au travail. En tout, ce sont 200 médecins, infirmières, soignants, exerçant dans 70 hôpitaux publics, qui ont signalé à l'association qu'ils étaient harcelés par leur hiérarchie. L’association, constituée au lendemain du suicide du Pr Mégnien, cardiologue à l’hôpital George Pompidou (Paris), a compilé ces témoignages qui constituent la première carte de France de la maltraitance des personnels à l'hôpital, publiée dans Le Parisien.

Parmi les cas recensés, Paris apparaît en tête avec 31 déclarations de harcèlement auprès de l'association. Viennent ensuite Amiens (Picardie) avec 18 cas, Chateau-du-Loir (Sarthe) avec 11 cas, puis Toulouse (Haute-Garonne), 7 cas et Marseille (Bouches-du-Rhône) Lyon (Rhône) et Besançon (Doubs), 6 cas chacune. Il est fort à parier que cette première carte devrait donner le courage à d'autres professionnels de santé d'exposer leur situation.

« Cette carte montre que le cas Mégnien, notre collègue qui a été harcelé, est loin d'être isolé. L'ampleur du phénomène, partout en France, ternit l'image de l'hôpital public et constitue une menace pour son avenir », explique au quotidien le Pr Philippe Halimi, chef du service radiologie à Pompidou et président de l'association, au Parisien.

L'association Jean-Louis-Mégnien a vocation à mettre en lumière un phénomène devenu structurel : à l’hôpital public, des membres du personnel soignant sont l’objet de maltraitances systématiques.

Des mesures avant la fin de l'année
De son côté, le ministère a annoncé le lancement d’une concertation sur le harcèlement à l’hôpital. « Des mesures doivent voir le jour d’ici la fin de l’année mais nous n’avons pas eu de précisions sur leur contenu - si ce n’est qu’elles viseront à améliorer la prévention et la prise en charge des cas », expliquait à Pourquoidocteur le Pr Bernard Granger, psychiatre à l’hôpital Cochin il y a quelques semaines.


Selon ce médecin, les cas « urgents et graves » sont nombreux. Avec à chaque fois, une absence flagrante de réaction des autorités de santé. « Nous avons évoqué [au ministère de la Santé] le cas de l’hôpital Saint-Calais (Sarthe), où un cadre de santé a mis fin à ses jours en juillet. L’Agence Régionale de Santé avait été alertée à plusieurs reprises de la situation ; le syndicat avait émis un signalement en évoquant un « drame qui [lui] semblait inéluctable », mais l’ARS n’a rien fait. On aurait peut-être pu prévenir ce suicide, comme celui de Jean-Louis Mégnien. »


C'est enfin une impunité globale qui semble difficile à combattre : « A Ambroise Paré et Henri Mondor, il y a eu des condamnations pour harcèlement moral devant les juridictions administrative sans que les responsables ne soient inquiétés sur le plan disciplinaire. On constate cette impunité de façon systématique : c’est la personne harcelée qui est stigmatisée, tandis que le harceleur est protégé. »

Retrouvez l'émission L'Invité santé diffusée sur Pourquoidocteur
avec le Pr Philippe Halimi (Hôpital Pompidou) le 8 janvier 2016


Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité