Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 900 écoliers

Sport : les JO de Londres ont motivé les enfants

Les Jeux Olympiques de Londres ont encouragé les enfants londoniens à pratiquer davantage d'activité physique. Mais les effets sont temporaires.

Sport : les JO de Londres ont motivé les enfants Captain Roger Fenton 18602/Flickr

  • Publié 23.11.2016 à 07h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Paris veut franchir les obstacles. La capitale française souhaite accueillir les prochains Jeux Olympiques, en 2024. Pour y parvenir, le judoka Teddy Riner a défendu le projet devant le Comité International Olympique, ce 15 novembre. Mais l’élan n’est pas général. Les voix sceptiques s’expriment elles aussi, et doutent de l’intérêt d’un tel événement pour les finances de la ville. Un nouvel argument pourrait faire pencher la balance en faveur de la municipalité. Dans le BMJ Open, une étude montre que les JO de 2012, qui se sont tenus à Londres (Royaume-Uni) ont poussé les enfants à s’activer davantage.

Qu’est-ce qui fait bouger les jeunes ? A cette question, les auteurs de la publication pourraient répondre : les événements olympiques. Ils ont suivi 700 à 900 écoliers scolarisés dans les 50 km encerclant le village olympique de Londres. Entre 2012 et 2013, ces enfants ont été interrogés sur leur activité physique. Leur capacité cardiorespiratoire a également été surveillée de près.

Effet éphémère

Les JO ont bel et bien impulsé un élan sportif. Une bonne moitié des écoliers affirme que le rendez-vous les a poussés à tenter d’autres activités. L’impact de cette motivation s’observe, mais uniquement chez ceux qui ont poursuivi ces pratiques sportives plus de 18 mois. Une amélioration de la capacité cardiorespiratoire a été observée chez ces jeunes. Les filles ont aussi vu leur indice de masse corporelle baisser.

Cette motivation tombe à pic. Au moment de sa candidature, Londres avait promis d’inspirer une génération et de promouvoir un bon mode de vie. Mais l’événement n’a pas eu de retombées durables. Chez les 16-25 ans, l’activité a rapidement décliné. D’ailleurs, les capacités respiratoires chutent après les JO, une source d’inquiétude pour les auteurs.

Ces résultats pourraient donc inspirer les organisateurs de la candidature parisienne : les infrastructures et l’euphorie ne suffisent pas. Il faut aussi développer des moyens d’inciter les jeunes à bouger sur le long terme.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité