Publicité

QUESTION D'ACTU

Infection nosocomiale

Présence d'un champignon : 9 blocs fermés à l'hôpital Pompidou

Lors d'un contrôle qualité, l'hôpital parisien a découvert la présence de champignon dans l'air de 3 salles d'opération. Par mesure de précaution, le bloc 1 a été fermé. 

Présence d'un champignon : 9 blocs fermés à l'hôpital Pompidou CHRISTOPHER KUHN/SIPA

  • Publié 12.07.2016 à 19h32
  • |
  • |
  • |
  • |


L’hôpital européen Georges Pompidou (HEGP) est contraint de fermer 9 salles d’opération sur 24 après la découverte de champignons filamenteux dans l’air de 3 salles d’intervention de l’hôpital, a annoncé ce mardi l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). L’origine de la contamination est encore inconnue.

Aussi, « par mesure de précaution, la direction et le Président du Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) de l’hôpital ont pris la décision ce lundi en fin de journée, en accord avec la communauté médicale, de fermer le bloc 1 (qui comprend 9 salles d’opération) pour pouvoir procéder aux opérations de désinfection de l'ensemble des salles », indique l’AP-HP ajoutant que le nettoyage a débuté ce mardi. En revanche, l’établissement ne précise pas de date de réouverture.


Un champignon potentiellement mortel

Selon les informations du Figaro, non confirmées par l'AP-HP, le champignon découvert est un agent pathogène appartenant au genre Aspergillus.  véhiculé par l’air et inhalé par tout le monde.
Inoffensif pour la majorité des patients, il peut être mortel chez des patients immunodéprimés comme les malades ayant reçu une greffe de moelle osseuse, atteints du SIDA ou hospitalisés en réanimation.

En 2010, 4 patients hospitalisés en réanimation à l'hôpital Nord de Marseille étaient décédés suite à une infection par ce champignon. « L’aspergillose invasive est la seconde cause de mortalité par infection fongique à l’hôpital », indique l’Institut Pasteur sur son site internet.
Pour l’heure « aucune contamination de patient n’a été constatée » à l’hôpital Pompidou, précise le communiqué de l’AP-HP .

Par ailleurs, l’établissement parisien signale que les deux autres secteurs de blocs de l’hôpital, qui rassemblent 15 salles d’opération, fonctionnent normalement. « Une réorientation des activités de chirurgie orthopédique et digestive lourde a été mise en place », ajoute l’établissement.
De même que les urgences orthopédiques et polytraumatiques, en lien avec d’autres hôpitaux de l’AP-HP, et en articulation avec l'Agence régionale de santé Ile-de-France.

Epidémie de légionellose

Pour assurer la continuité des urgences, le SAMU et les pompiers ont été prévenus lundi soir. « Aucune incidence n’est constatée à ce jour sur la prise en charge des urgences à Paris », souligne l’AP-HP.

Inauguré en 2000, l’hôpital parisien a déjà fait face à plusieurs épidémies d’infections nosocomiales. A peine 4 mois après son ouverture, la légionellose, une infection bactérienne respiratoire, est détectée chez 9 patients, dont 4 décédés. Une seconde vague surgit ensuite en juin 2001 fait à nouveau des victimes. Au total, 11 patients pris en charge à l’HEGP ont été infectés, et 5 d’entre eux sont morts.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité