Publicité

QUESTION D'ACTU

Au Royaume Uni

StopAdvisor : le site qui aide les fumeurs précaires à arrêter

Des chercheurs britanniques ont montré qu'un site internet spécifiquement conçu pour les fumeurs précaires est plus efficace pour les aider à arrêter de fumer.     

StopAdvisor : le site qui aide les fumeurs précaires à arrêter lucidwaters/epictura

  • Publié 07.06.2016 à 18h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Tabagisme et précarité vont souvent de pair. La consommation de tabac est en effet plus importante chez les moins diplômés et les chômeurs. En France, alors qu’un tiers de la population générale fume, les ouvriers et les chômeurs sont plus de 40 %.

Les différentes politiques de lutte contre le tabagisme ont eu peu d’effet sur ces populations défavorisées. Le chômage étant le principal frein à l’arrêt du tabac. Mais un outil britannique, nommé StopAdvisor, pourrait faire toute la différence. Ce dispositif d’aide sur internet testé auprès de Britanniques précaires serait, en effet, capable de réduire ces inégalités sociales, selon une étude présentée dans le dernier numéro du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié ce mardi.


Simple et compréhensible par tous

Conçu par une équipe de l’University College de Londres, ce site internet interactif a pour avantage d’être clair et concis. Les chercheurs ont privilégié les images et les vidéos et proposé des textes les plus courts possibles et compréhensibles par des adolescents de 14 ans. Chaque section du site internet se lit en 10 minutes maximum.

Pour évaluer l’efficacité de StopAdvisor, l’équipe britannique a mené un essai pendant 7 mois auprès de 4 260 fumeurs issus de milieux défavorisées ou aisés désirant arrêter de fumer. De manière aléatoire, les volontaires ont été répartis dans le groupe utilisant StopAdvisor ou dans le groupe ayant accès à un site d’information statique sur l’arrêt du tabac.

Au terme de l’expérience, plus de 10 % des fumeurs favorisés ont arrêté de fumer quelque soit l’outil internet utilisé. A l’inverse, les fumeurs précaires ont beaucoup plus été convaincus par StopAdvisor que le site internet statique : 8 % d’entre eux ont arrêté de fumer grâce à cet outil contre 6 % dans l’autre groupe.
« Les chercheurs ont montré, au moyen d’un essai randomisé et contrôlé, que l’aide en ligne interactive au sevrage tabagique StopAdvisor, spécialement conçue pour les fumeurs des classes sociales les moins favorisées, était plus efficace que l’accès à une page Internet statique d’information et de conseils », notent les auteurs du BEH, soulignant que ces résultats sont bien différents de ceux généralement observés.


Développer des actions personnalisées

L’efficacité de StopAdvisor révèle ainsi l’importance et la nécessité de développer des actions spécifiques à cette population. « Il faut abandonner le service unique et, au contraire, créer plusieurs services d’intensité et de qualité différentes.  Il ne faut pas non plus attendre passivement derrière un guichet mais se montrer proactif et offrir les services adéquats à différents publics par des stratégies actives », suggèrent les auteurs.

Pour l’heure, le projet StopAdvisor est encore un outil de recherche. Il devrait très bientôt être transformé en service d’aide au sevrage car l’Agence nationale de santé publique britannique souhaite l’inclure dans sa palette d’offres proposée aux fumeurs.

En France, l’Assurance Maladie a également développé des stratégies à destination de ces populations défavorisées, et certains services hospitaliers ont également mis en place des dispositifs spécifiques. « En ce qui concerne l’aide en ligne pour les fumeurs ne souhaitant pas s’engager dans un suivi en face-à-face, elle doit être conçue avec la même rigueur que celle de l’équipe de StopAdvisor. Il faudra également faire connaître cette offre aux publics qui en ont le plus besoin de façon proactive », concluent les auteurs. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité