Publicité

QUESTION D'ACTU

Temps de travail à l'hôpital

Internes : Marisol Touraine hausse le ton sur le repos de sécurité

Un an après la réforme du temps de travail des internes, de nombreux établissements ont du mal à s'y plier. Ils pourraient faire l'objet de sanctions. 

Internes : Marisol Touraine hausse le ton sur le repos de sécurité oksun70/Flickr

  • Publié 07.06.2016 à 13h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Les internes en médecine sont toujours surchargés de travail. Dans de nombreux services hospitaliers, la semaine à 48 heures est loin d’être respectée, un an après l’entrée en vigueur de la réduction du temps de travail. Résultat : après de longues journées et nuits de travail, les futurs médecins obtiennent difficilement leurs jours de récupération.

Si le gouvernement avait assuré aux établissements de santé une certaine clémence le temps d’appliquer cette nouvelle organisation, aujourd’hui, il hausse le ton. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, et le secrétaire d’État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Thierry Mandon, rappellent dans un communiqué que « des sanctions peuvent être appliquées en cas de non-respect du repos de sécurité ».


« Un sujet prioritaire »

Dans une instruction diffusée ce mardi, ils rappellent que le décret voté en mars 2015 garantit l’application du repos de sécurité après une garde, sans aucune dérogation possible. « Les internes sont un maillon essentiel du système de soin. Le respect du repos de sécurité de ces jeunes médecins est un sujet prioritaire et doit s'imposer à tous, en ville comme à l'hôpital. Aucune entorse à ces règles ne doit être tolérée », a déclaré Marisol Touraine.

Pour les établissements récalcitrants, le gouvernement rappelle que les agréments des services pour former ces jeunes médecins peuvent être suspendus. « La loi apporte une garantie indispensable pour une formation de qualité des internes, ne pas la respecter c'est remettre en cause cette qualité de formation, en plus de la sécurité des patients et des internes », a également souligné Thierry Mandon.

De fait, de nombreux internes sont au bord de l’épuisement professionnel, d'autres ont déjà basculé. Selon le syndicat des Internes des Hôpitaux de Paris (SIHP), plus d’un tiers des internes sont en burn-out. Un surmenage qui les pousse à commettre des erreurs. Dans une enquête sur le temps de travail de 2012 (1), l'InterSyndicat National des Internes (ISNI) révélait que 15 % étudiants avaient commis des erreurs médicales de prescriptions, de diagnostics ou d’actes opératoires en lendemain de garde. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité