Publicité

QUESTION D'ACTU

10 ans d’errance diagnostique

Trouble bipolaire : le bon diagnostic pour le bon traitement

Dix ans d'errance avant de parvenir à un diagnostic de trouble bipolaire. Ce retard est lourd de conséquences pour les patients qui n'accèdent pas aux bons traitements.

Trouble bipolaire : le bon diagnostic pour le bon traitement André Schrei/Flickr

  • Publié 30.03.2016 à 16h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus d’un million de personnes vivent avec un trouble bipolaire en France. Un nombre élevé de patients qui n’empêche pas la maladie de rester tapie dans l’ombre. Malgré de grands noms associés à cette pathologie psychiatrique – Vincent Van Gogh en porte-drapeau – le retard diagnostique est encore très fréquent. 10 ans sont souvent nécessaires avant que les symptômes, une alternance de phases de dépression et d’excitation, ne soient correctement identifiés. Un délai lourd de conséquences pour la santé des malades. Près d’un non traité sur six met fin à ses jours. A l’occasion de la journée mondiale des troubles bipolaires, Pourquoidocteur fait le point sur l’impact du diagnostic avec Bruno Etain, coordonnateur du réseau national des Centres Experts de la Fondation FondaMental pour les troubles bipolaires.

Qu’est-ce qui explique un tel retard diagnostique ?

Bruno Etain : Les symptômes s’expriment de manière assez polymorphe : une dépression, une phase d’excitation, des conduites suicidaires ou addictives… Face à ce mode d’entrée très variable, les psychiatres ont parfois du mal à penser au trouble bipolaire. Les troubles bipolaires commencent tôt dans la vie, à l’adolescence ou chez le jeune adulte. Le diagnostic peut être stigmatisant pour les jeunes. Les médecins ont donc du mal à poser un diagnostic lourd, qui implique un traitement à long terme.

Le trouble bipolaire est souvent confondu avec une dépression. Quelles sont les conséquences ?

Bruno Etain : Elles portent sur la prescription d’antidépresseurs, qui augmentent le risque de virage maniaque de l’humeur, quand le patient passe brutalement d’une dépression importante à une phase d’excitation. Certains patients atteints de troubles bipolaires y sont particulièrement sensibles. Ne pas repérer que la dépression survient dans un tel cadre favorise l’augmentation du caractère cyclique des troubles, des changements de polarité fréquents et l’évolution vers des cycles rapides, c’est-à-dire plus de quatre épisodes par an.

 

Comment se traite le trouble bipolaire, une fois diagnostiqué ?

Bruno Etain : La base consiste en un traitement régulateur de l’humeur (thymorégulateyr), avec trois familles principales : les sels de lithium, les anticonvulsivants et les antipsychotiques atypiques. On attend du régulateur de l’humeur qu’il réduise à la fois la polarité maniaque et dépressive. En pratique, on voit qu’un thymorégulateur va parfois effacer une polarité de manière très efficace, et se montrer moins efficace sur l’autre. Dans ce cas, on est amené à ajouter un autre traitement qui ciblera mieux l'autre polarité. On peut associer des antidépresseurs, si le sujet n’est pas très sensible aux effets du virage maniaque.

Les patients peuvent-ils espérer se passer un jour d’un traitement ?

Bruno Etain : La plupart du temps, les patients arrêtent leur traitement à un moment de leur vie parce qu’ils en ont assez. C’est d’autant plus le cas que si le traitement fonctionne bien, ils peuvent se sentir mieux pendant plusieurs années. Il y a souvent des moments où ils sont en décrochage et ils décident, parfois avec l’accord de leur médecin, de diminuer ou d’arrêter le traitement. L’expérience montre que les troubles réapparaissent assez rapidement. Souvent, cela conduit à une nouvelle prescription médicale, à vie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité