Publicité

QUESTION D'ACTU

Dégradation des conditions de travail

Brest : les urgences de la Cavale-Blanche toujours sous tension

Un nouveau débrayage et une manifestation ont eu lieu aux Urgences du CHU de la Cavale-Blanche à Brest. Le personnel dénonce la dégradation de ses conditions de travail.   

Brest : les urgences de la Cavale-Blanche toujours sous tension POUZET/SIPA

  • Publié 04.03.2016 à 12h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Suite au calvaire qu'elle aurait vécu aux urgences de la Cavale-Blanche (Brest) avec sa tante de 65 ans, la lettre ouverte de Vanessa Douguet à cet hôpital a été partagée par près de 19 000 internautes sur le réseau social Facebook. Depuis, la direction de l'établissement est sous le feu des critiques.
Déjà, mercredi dernier, un homme de 89 ans est mort sur un brancard dans un couloir, alors qu'il attendait des soins. Dans ce contexte de vives tensions, le personnel réclame de meilleures conditions d’accueil, de prises en charge des patients et de travail du personnel. 

D'après le site France 3 Bretagne, certains salariés ont même organisé un nouveau débrayage (grève de courte durée) et une manifestation à Brest, devant les urgences du CHU de la Cavale-Blanche. Le personnel dénonce cette fois-ci un sous effectif chronique, notamment dans ce service.
Interrogée par la chaîne régionale, Guylaine Mille, secrétaire médicale de nuit aux urgences du CHRU de Brest, a confié : « On fait de la surveillance des gens qui sont dans le couloir, et on reçoit l'agressivité des gens H24 », déplore-t-elle.

Un sentiment d'impuissance 

Des propos qui rappellent l'histoire de Vanessa Douguet : « Nous y sommes arrivés à 16 h 15. (…) Après une attente de deux heures sur un brancard dans le couloir, à vomir et à se plaindre de douleurs et malgré notre insistance auprès du personnel, rien n’a été proposé pour tenter de la soulager. Pendant cette attente, nous avons assisté impuissants à des scènes que je qualifierais d’inadmissibles », raconte cette mère au foyer de 32 ans.

Et chez les aide-soignants de ce service, c'est le même sentiment qui domine. « C'est compliqué de regarder les gens et de ne pas pouvoir leur apporter notre aide. Mais on n'a pas le personnel nécessaire... On doit faire abstraction en voyant les gens en souffrance », regrette Karine Joubin-Priou.
Sur ce sujet, la CGT avance qu'il manque, « selon les recommandations de la Société française de médecine d’urgence, 24 postes d’infirmiers et 18 d’aides-soignants, pour prendre en charge les 44 000 malades qui viennent annuellement au CHU ».
 

La direction de l'hôpital se défend 

Interrogé par Le Télégramme, la direction du CHRU a réagi en reconnaissant des difficultés, mais précise qu'« en dépit de certains points à améliorer, le taux de satisfaction aux urgences est de 72 %. On ne se satisfait pas de ce taux, mais cela reste un indicateur. Le temps d'attente est encore trop long, on s'est fixé deux heures en filière courte et quatre heures en filière longue. Mais on ne peut pas laisser écrire que le service public laisse des personnes âgées dans la souffrance sans les aider. On ne peut pas tout laisser dire au travers d'une lettre et dévaloriser le travail au quotidien réalisé par les équipes », ajoutait-elle.

Pour rappel, le personnel des urgences de l'hôpital a déjà débrayé une première fois en janvier 2016, trois mois après l'ouverture de ce nouveau service, afin de dénoncer leurs conditions de travail. « La surface des locaux a triplé, ce qui fait que le personnel, qui, lui, n’a pas augmenté, passe beaucoup plus de temps à aller d’un endroit à l'autre », expliquaient à l'époque les syndicats (CFDT, CGT et Sud)

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
 

Dans une lettre ouverte à l'Hôpital de Brest, Elle témoigne de situations "inadmissibles" vécues avec sa tante aux urgences.

Posté par Pourquoi docteur sur mercredi 2 mars 2016

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité