Publicité

QUESTION D'ACTU

79 pays touchés

La mélioïdose : une pathologie tropicale largement sous-estimée

La mélioïdose, infection mortelle endémique en Asie du Sud Est et en Australie, serait largement répandue sur le globe, alerte une étude.

La mélioïdose : une pathologie tropicale largement sous-estimée Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

  • Publié 12.01.2016 à 12h18
  • |
  • |
  • |
  • |


La mélioïdose, une infection bactérienne mortelle difficile à diagnostiquer, serait beaucoup plus répandue que l’on ne le pensait jusqu'ici, avertit une étude parue ce lundi dans Nature Microbiology. Les chercheurs estiment, que cette maladie serait présente dans 79 pays, dont 34 qui n’ont jamais signalé de cas.

« Alors que la mélioïdose est connue depuis plus de 100 ans, elle reste une pathologie tropicale méconnue, même parmi les professionnels de santé qui travaillent dans les régions touchées », relève l’un des auteurs de l’étude, le Dr Direk Limmathurotsakul du département de médecine tropicale à l’université Mahidol (Bangkok, Thaïlande).

Endémique en Asie du Sud Est et au Nord de l’Australie, la mélioïdose est provoquée par le bacille Burkholderia pseudomallei. Cette bactérie présente dans le sol se transmet par voie cutanée lors d’exposition à des boues et des eaux contaminées. Résistante à un grand nombre d'antibiotiques, l’infection entraîne des septicémies sévères et des pneumonies mortelles.


Tue plus que la dengue 

Selon ces travaux, qui s’appuient sur des données collectées entre 1910 et 2015, la mélioïdose a tué 89 000 personnes parmi les 165 000 infectées dans le monde en 2015. C’est presqu’ autant que la rougeole (95 000 morts) et bien plus que la dengue (12 500).

Pourtant, les chercheurs indiquent que cette maladie est sérieusement sous-évaluée dans les 45 pays où elle est endémique. A partir de ces données, ils prédisent également qu’elle est déjà ou serait présente dans une trentaine de pays jusque là exempts.

Une évolution due en partie aux déplacements de population, au tourisme mais également au diabète. En effet, en Asie et dans le monde, l’incidence de cette pathologie chronique est en hausse. Or, l’une des complications les plus redoutées sont les plaies du pied. Les patients diabétiques infectés pourraient ainsi apporter la mélioïdose dans leur pays d’origine, ce qui favoriseraient la propagation du bacille.

Face à ce scénario, les chercheurs appellent à une prise de conscience du monde scientifique, des personnels médicaux et des décideurs, et espèrent que cette maladie sera considérée comme une priorité de santé publique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité