Publicité

QUESTION D'ACTU

Chez les seniors

La vitamine D protège d'un déclin cognitif rapide

La vitamine D ne protège pas uniquement les dents et les os. Elle jouerait aussi un rôle dans la prévention du déclin cognitif, d'après une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine.

La vitamine D protège d'un déclin cognitif rapide Jon Santa Cruz / Rex Fe/REX/SIPA

  • Publié 15.09.2015 à 12h38
  • |
  • |
  • |
  • |


La vitamine D aurait des propriétés bénéfiques plus importantes pour notre santé que ce que l'on croyait. Cette vitamine, en participant au métabolisme du calcium, agit sur l'état de nos os et de nos dents. Aujourd'hui, une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine souligne que les carences peuvent aussi accélérer le déclin cognitif.

Intérêt nouveau

Les scientifiques s'interessent depuis un moment à l'effet de la vitamine D sur le cerveau, car le récepteur de cette vitamine, et l'enzyme qui la transforme en sa forme active, y sont présents. Mais c'est la première fois qu'ils établissent un lien aussi clair entre la vitamine, sa synthèse dans le cerveau, et les risques de déclin cognitif.

A l'origine de cette découverte, une équipe réunissant des chercheurs de l'université de Rutgers et de l'université de Californie. Celle-ci s'est penchée sur le cas de 382 personnes, d'origines ethniques diverses, et d'âge moyen de 75 ans. L'idée : mesurer la concentration en 25-OHD, la forme hormonalement active de la vitamine D, dans le sang des sujets. Un suivi sur cinq ans a ensuite permis d'observer l'évolution de leurs facultés cognitives, et de l'associer aux niveaux actifs de vitamine D mesurés.

Différences selon l'origine

D'après Joshua W. Miller, l'auteur principal de l'étude, les résultats sont significatifs, puisque les sujets présentant une forte carence en vitamine D subiraient un déclin cognitif jusqu'à trois fois plus important que les autres. Une telle carence serait notamment associée à un déclin de la mémoire épisodique chez les sujets, mais n'aurait aucun impact sur la mémoire sémantique (associée aux connaissances définitives).

Autre élément important, l'étude souligne aussi des disparités entre les différents groupes ethniques observés. Ainsi, les taux de vitamine D présents dans le sang sont en moyenne plus bas chez les sujets latinos et africains-américains. Les chercheurs l'expliquent par le fait que les rayons UV du soleil interviennent dans la synthèse de la vitamine D par le corps. Or, chez les personnes ayant la peau plus foncée, la mélanine est présente dans le corps en plus grande quantité, et peut bloquer l'effet de ces rayons.

Pas la peine néanmoins de se ruer sur des suppléments en vitamines : en France, peu de seniors souffrent de carence en vitamine D.

 

 

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité