Publicité

MIEUX VIVRE

Pâques et chocolat

Pâques : chocolat et crise de foie, une légende comme tant d’autres

Au lendemain de Pâques, les Américains disent qu’ils ont mal au cœur… les Anglais qu’ils ont l’estomac à l’envers et les Français qu’ils souffrent d’une crise de foie. Les médecins parlent plutôt d’indigestion.

Pâques : chocolat et crise de foie, une légende comme tant d’autres julos

  • Publié 02.04.2018 à 14h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Se sentir mal après une débauche de chocolat est une affaire qui n’a rien à voir avec le cœur, mais qui concerne plutôt tout le mécanisme de la digestion, donc le foie et l’estomac. Mais il est vrai que, lorsque tout va mal, on aime trouver un coupable. Alors en France, après le foie gras en vedette, c’est le foie tout court qui endosse la responsabilité du malaise. Une véritable injustice.

Pour les médecins, le "prince de l’organisme"

Le foie est capable d’encaisser les pires tourments sans se plaindre. Schématiquement, le foie détruit à 80 %, continue à fournir la presque totalité de sa besogne. Mais, malade à 81 % : c’est la mort inexorable en l’absence de greffe. Ce travailleur de l’ombre possède une propriété étonnante : il est capable de se régénérer. Si l’on greffe une portion, un quart par exemple, quelques mois plus tard, c’est sur un foie entier que l’on peut compter. Plutôt une bonne nouvelle dans un pays où précisément, en dehors du week-end Pascal, on ne ménage pas son foie.

La centrale d’épuration

Car cet organe, le plus volumineux de notre corps, à défaut d’être le plus lourd (le plus lourd c’est la peau et non pas le cerveau), est une véritable usine chimique qui garantit le fonctionnement de tous les autres organes. D’où le verdict de mort lorsqu’il ne fonctionne plus. Qui dit "usine" dit d’abord traitement des déchets, en particulier toxiques.  C’est pourquoi en cas d’intoxication médicamenteuse ou alimentaire, c’est d’abord le foie qui "trinque".

Trinquer est d’ailleurs le bon mot puisque son principal ennemi est l’alcool, qui détruit les cellules hépatiques avec lenteur certes, mais efficacité, pour aboutir à une maladie qui a longtemps fait partie de notre patrimoine médical : la cirrhose. Dans cette maladie, les cellules détruites sont remplacées par une matière fibreuse. Celles qui restent tentent de se régénérer mais n’ont pas la force pour le faire autrement que de façon anarchique et inefficace. Le foie est également un haut lieu de stockage d’éléments essentiels comme le sucre, le fer ou les sels minéraux. Le stockage dans le foie, c’est ce que l’on appelle, chez le canard ou l’oie, le foie gras, qui n’est rien d’autre qu’une autre forme de cirrhose provoquée artificiellement chez l’animal par gavage.

La "cirrhose graisseuse"

L’homme n'aura plus à envier aux animaux qu’il martyrise, une nouvelle maladie, le NASH, qui est en train de faire son irruption sur la scène des maladies vedettes. Cette "cirrhose graisseuse" va probablement devenir une des premières maladies – dramatiques – de notre monde suralimenté.

La tradition associe avec justesse jaunisse et maladie de foie : notre sang, comme tout le reste du corps, vieillit. Les globules rouges ne sont pas éternels et c’est le foie qui doit nous en débarrasser. Ceci se fait par l’intermédiaire de la bile. En cas de maladie du foie, l’épuration se fait mal, le niveau de ces substances de dégradation contenu dans notre sang à augmenter, ce qui colore notre peau en jaune. Mais, heureusement, la nature reprend presque toujours le dessus. Et bon an, mal an, ce sont deux litres de bile que nous sécrétons chaque jour pour qu’à chaque repas notre digestion, en particulier celle des graisses, soit harmonieuse.

Alors, même si notre foie est presque éternel, ce n’est pas une raison pour ne pas le respecter, au même titre que l’on protège son cœur, que l’on réchauffe ses articulations, ou que l’on exerce sa mémoire. Se mettre au régime ce n’est pas seulement pour améliorer sa ligne mais pour laisser souffler le "petit prince". Il faudra y penser dans quelques jours, car toutes les potions miracles en vente libre dans les pharmacies ou prescrites par les médecins pour aider le "passage" des fêtes de Pâques, ne sont que des leurres inutiles.

Et ces autres légendes ?

Pour se dégriser :

Le bol de café noir, la douche froide ou la sortie au grand air, n’ont comme effet que celui de réveiller, en aucun cas de faire diminuer la quantité ou les effets de l’alcool absorbé.

L’alcool est un stimulant :

Au contraire, il ralentit l’activité du cerveau. C’est même pour cela qu’il provoque des accidents de voiture. La gaieté et l’excitation qui suivent l’absorption d’alcool sont donc des leurres. De la même façon, il faut se méfier des apéritifs qui traînent, ou des "pots" au bureau. Boire sans manger rend ivre beaucoup plus vite.

Boire de l’alcool pour se réchauffer :

Une hérésie. On ressent une impression de chaleur car l’alcool provoque une augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Malheureusement, cette réaction abaisse la température du corps. En fait, l’alcoolisé résiste moins longtemps au froid...

L’alcool conserve :

C’est vrai que l’on conserve les cerises dans l’eau de vie et les viandes en les fumant ; en aucun cas des arguments pour boire et fumer !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité