Publicité

MIEUX VIVRE

Etude américaine

Accouchement : les risques du déclenchement de convenance

En limitant les accouchements provoqués par convenance, des médecins américains ont réduit de manière significative le nombre de césariennes.

Accouchement : les risques du déclenchement de convenance Accouchement : les risques du déclenchement de convenance

  • Publié 07.05.2013 à 18h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Les accouchements provoqués par convenance sont devenus monnaie courante dans les services de maternité. Mais cette pratique a des conséquences sur le déroulement de l’accouchement. Elle s’accompagne vraisemblablement d’une augmentation du taux césarienne et du nombre d’admissions en soins intensifs néonatals, selon une étude présentée au congrès de l’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) et rapportée par l’agence de presse APM.

C’est la conclusion d’une étude rétrospective menée par les médecins du centre de Baystate à Springfield dans le Massachusetts.

Depuis l’été 2011, cet hôpital a mis en place une politique de réduction du nombre d’accouchements provoqués par convenance en appliquant des critères de sélection. Seules les femmes ayant déjà accouché par voie basse présentant un col de l’utérus favorable à 39 semaines d’aménorrhée au minimum pouvaient en bénéficier.
Les praticiens ont ensuite comparé les conditions d’accouchement des mères pour les 9515 enfants nés dans les six mois qui ont précédé les nouvelles règles imposées par l’hôpital avec celles des 2641 bébés nés après. Le taux de césarienne est passé de 16 % à 7 % et le taux d’admission des nouveau-nés en soins intensif de 3 % à 2 %.
« Parmi les médecins qui pratiquaient des accouchements programmés, a commenté un responsable de l’hôpital, beaucoup le faisaient avant 39 semaines avec un col défavorable. » Selon les auteurs de l’étude, cette nouvelle pratique a permis également au centre médical de réduire les coûts. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité