Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte de l'Agence du Médicament

Antitussifs : mise en garde de l'ANSM sur les usages détournés

L’utilisation de médicaments antitussifs à des fins "récréatives" ou de "défonce" a été mise en évidence ces dernières années. L'ANSM formule une nouvelle mise en garde à destination des professionnels de santé.

Antitussifs : mise en garde de l'ANSM sur les usages détournés HOUIN GERARD/SIPA

  • Publié 28.11.2014 à 21h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Clarix, Humex, ou encore Vicks voilà certains des médicaments antitussifs qu'utilisent de plus en plus de jeunes  à des fins "récréatives" ou de "défonce". C'est l'alerte lancée il y a quelques jours par l'Agence du médicament (ANSM)

Sirops, comprimés, gélules...
En effet, le dextrométhorphane (DXM) est un dérivé morphinique antitussif d’action centrale indiqué chez l’enfant et l’adulte dans le traitement de courte durée des toux sèches et d’irritation. Commercialisé dans de nombreuses spécialités, il se présente sous différentes formes (sirop, comprimé, gélule, capsule, pastille et sachet-dose). « Son utilisation détournée s’est développée ces dernières années en France chez certains toxicomanes mais aussi chez des sujets jeunes sans antécédent connu de toxicomanie », précise l'Agence.

La France, l'une des plus grosses consommatrices de DXM
Cette tendance, également observée depuis quelques années aux Etats-Unis et dans plusieurs pays européens, a justifié l’ouverture d’une enquête officielle d’addictovigilance en 2012 en France.
Dans ce contexte, une étude française a été menée sur des cas d'usage détournée de la substance rapportés aux Centres Anti-Poison et de Toxicovigilance (entre janvier 1999 et décembre 2012). Menée par le CAP-TV et le CEIP-A de Nancy, elle a recensé 1 162 cas d’exposition. Parmi ces cas, 365 sont symptomatiques (soit 31,4 %) dont 13 cas sévères (3,6 % des cas symptomatiques) et 1 décès (0,3 % des cas symptomatiques).
Par ailleurs, 33 cas soit 9 % des cas symptomatiques correspondent à un contexte d’addiction. Selon les auteurs, « ces résultats ont montré une augmentation des cas à partir de 2006. Il s’agit d’hommes dans 76 % des cas. L’âge moyen est 18,8 ans. »
Un phénomène français ? Pas que, puisque la France est le troisième pays européen plus grand consommateur de DXM, les deux premiers étant la Slovaquie et la Finlande.

A prescrire avec précaution
Face à cette situation inquiétante, l'Agence du médicament formule une nouvelle mise en garde à destination des pharmaciens, médecins généralistes, addictologues, pédiatres, et « médecins exerçant en milieu scolaire, en planning familial et en PMI, ainsi qu’aux professionnels exerçant dans les associations de prévention de drogues pour les jeunes. »
Elles indique que ces derniers doivent être particulièrement vigilants « face à toute demande de dextrométhorphane qui leur semblerait suspecte et émanant en particulier de jeunes adultes ou d’adolescents. Ils doivent aussi s’assurer que les patients n’ont pas d’antécédents d’abus, de dépendance ou de comportement qui pourrait supposer un usage détourné lors de la prescription ou de la délivrance de ces spécialités. »
Enfin, en cas de doute, « le professionnel de santé devra prescrire ou délivrer un autre antitussif ou ne délivrer, pour les pharmaciens, qu’une seule boîte à la fois », conclut l'ANSM.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité