Publicité

QUESTION D'ACTU

Vu dans le Lancet Psychiatry

Le rap efficace contre la dépression

Des psychiatres de l’Université de Cambridge signent un papier dans lequel ils insistent sur l’efficacité de la musique hip-hop pour lutter contre la dépression.

Le rap efficace contre la dépression Stomy Bugsy (ministère A.M.E.R.) en concert à Paris / SADAKA EDMOND/SIPA

  • Publié 12.11.2014 à 12h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Qui a dit que le rap était une musique de barbare ? A la très prestigieuse Université de Cambridge, on a précisément prouvé le contraire. Depuis plusieurs années, des psychiatres réduisent les symptômes dépressifs avec des airs de hip-hop. Les chercheurs signent un papier dans le Lancet Psychiatry, où ils font part de cette étrange découverte : le rap, c’est bon pour le moral.

Grosses voitures et femmes-objets
Certes, le hip-hop glorifie la violence, le crime, la haine, la drogue, les grosses voitures et les femmes-objets. Mais en fait, c’est précisément là sa force. « La plupart des artistes proviennent de milieux où l’on rencontre une grande privation socioéconomique, explique le directeur de l’étude, Akeem Sule. Dans les paroles, on peut identifier de très nombreux facteurs de risques de développer des maladies mentales, et le sujet est abordé sans fard. Les rappeurs utilisent leur talent non seulement pour décrire le monde tel qu’ils le voient, mais aussi pour montrer comment ils comptent s’en sortir ».

Selon le chercheur, « il y a très souvent un message d’espoir dans les paroles, quand les auteurs décrivent l’endroit où ils aimeraient être, la voiture qu’ils veulent, les top-models qu’ils désirent… ». Au final, le rap permettrait aux patients dépressifs « de transformer positivement leur vie, d’acquérir un formidable sens de l’émancipation, de la résilience et de l’autoguérison ». 

Ces psychiatres en sont tellement persuadés qu’ils ont lancé, au sein du département Psychologie de l’Université britannique, un programme baptisé « Hip-Hop Psych ». Il a vocation à rassembler des anecdotes et récits positifs en matière de guérison psychique liée au rap, dans des lieux tels que « des prisons, des amphithéâtres, des écoles et des boîtes de nuit ». Il permet, selon leurs dires, de toucher des populations difficiles à atteindre, car éloignées du système de santé, et d'introduire une forme de diversité dans le milieu très fermé de la psychiatrie.

« On sirote du champagne »
Ainsi, pour lutter contre le coup de blues, les auteurs recommandent tout particulièrement d’écouter Juicy de Notorious B.I.G., une musique « caractérisée par une imagerie visuelle positive », selon Akeem Sule. Extrait de texte : « Birthdays was the worst days/Now we sip champagne when we thirsty/Uh, damn right I like the life I live/Cause I went from negative to positive » (les jours d’anniversaires étaient les pires / Maintenant, on sirote du champagne quand on a soif / Oh oui, j’aime la vie que je vis / Parce que je suis passé du négatif au positif »).



Autre exemple de rap typiquement thérapeutique... Tupac, Keep Ya Head Up (Garde la tête haute)



Alors... on se sent pas mieux ?

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité