Publicité

QUESTION D'ACTU

Mission de lutte contre la drogue et la toxicomanie

Toxicomanie : 3 salles de shoot en préparation

L'ouverture d'une salle de shoot à Paris aura bien lieu. C'est ce qu'affirme la directrice de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie.

Toxicomanie : 3 salles de shoot en préparation Localisation intitiale de la salle de shoot parisienne (20 MINUTES/SIPA)

  • Publié 28.01.2014 à 09h31
  • |
  • |
  • |
  • |


Une salle de consommation à moindre risque, appelée aussi « salle de shoot », bientôt à Paris ? On commençait à en douter. Lors de la présentation du plan de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), sa directrice, Danièle Jourdain-Menninger, a affirmé qu'une telle installation, à titre d'expérimentation, était bien à l'ordre du jour dans le cadre du nouveau plan de lutte contre les drogues et les conduites addictives.


Un texte de loi en préparation

« Une deuxième salle, voire une troisième » pourraient même ouvrir dans d'autres villes françaises, a affirmé la directrice de la Mildt. Certaines communes se seraient déjà portées candidates.  « Nous préparons un texte de loi qui permettra, dans des conditions juridiques totalement établies de mener cette expérimentation (des salles de shoot). D'ailleurs, c'est une voie que la plupart des pays qui ont ouvert ces structures expérimentales, et maintenant ces salles de consommation, ont suivie », a affirmé Danièle Jourdain-Menninger. Cette décision de la MILDT de relancer les salles de consommation à moindre risque relance un débat brûlant. Ces centres seraient ouverts à des usagers de drogue, afin de leur offrir des conditions d'hygiènes correctes. En cela, ils correspondent parfaitement aux objectifs du nouveau plande lutte contre les drogues : sécuriser la consommation et accompagner les consommateurs.

 

« Récupérer » les usagers sortis du circuit médical

Les salles de shoot doivent favoriser la réduction des risques de transmission de maladies, comme le VIH ou certaines hépatites, liées au partage de matériel d'injection entre consommateurs. Un personnel médical devrait y être présent. Cela permettra notamment de repérer rapidement les cas inquiétants afin de les prendre en charge au mieux, mais aussi de « récupérer » les usagers sortis du circuit médical traditionnel. Enfin, grâce aux salles de consommation à moindre risque, les consommateurs de drogue bénéficieraient, s'ils souhaitent s'arrêter, d'une aide et d'un accompagnement jusqu'au bout de leur démarche.

 

Mais les salles de shoot ne font pas l'unanimité. En décembre 2012, le Conseil de Paris avait donné son feu vert à une telle installation dans le quartier de la Gare du Nord. Son ouverture, prévue en octobre-novembre 2013, avait suscité de nombreuses protestations d'associations de riverains. Peu avant l'ouverture, le Conseil d'Etat avait émis un avis négatif, demandant l'adoption d'une loi avant toute mise en place d'un tel dispositif.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité