Publicité

QUESTION D'ACTU

Transports en commun, lieu de travail

E-cigarette : l'interdiction dans les lieux publics divise l'Europe

Alors que l'Italie autorise l'usage de la cigarette électronique dans les lieux publics, la Suisse l'interdit dans les transports en commun. La France devrait suivre.

E-cigarette : l'interdiction dans les lieux publics divise l'Europe APERCU/SIPA

  • Publié 15.11.2013 à 18h56
  • |
  • |
  • |
  • |


Faut-il ou pas interdire la cigarette électronique dans les lieux publics ? C'est visiblement la question qui agite toute l'Europe. Et comme bien souvent sur le « Vieux Continent », à chacun son pays, à chacun sa règle. L'Italie, par exemple, vient d'autoriser l'usage de la e-cigarette dans tous les lieux publics, à l’exception des établissements scolaires. En Suisse, en revanche, la législation est plus drastique, puisque le pays vient de bannir le produit dans tous les transports publics. En effet, à partir du 15 décembre, tout citoyen de ce pays qui osera vapoter dans les bus, tramways ou trains, sera en infraction. Il devra, en cas d'interpellation, s’acquitter d’une amende de 25 francs suisses (20 euros). Mais alors, qu'en est-il en France. pourquoidocteur apporte des élements de réponse.

Le vapotage dans les lieux publics menacé
Les quelques 2 millions de vapoteurs français, selon les dernières estimations de l'Association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique, pourraient tout d'abord se voir interdire le vapotage dans les lieux publics. Ce souhait du gouvernement est pour l'instant suspendu à un avis consultatif du Conseil d'Etat qui devrait intervenir, « d'ici la fin du mois », estimait récemment le ministère. Et si l'avis des juges va dans le sens d'une interdiction dans tous les lieux publics, l'effectivité de la décision pourrait arriver au plus vite, car le cadre législatif est déjà prêt.

La RATP a déjà interdit le vapotage dans ses transports
Dans son journal du mois de mai, l'Institut de recherche et de sécurité estimait que la cigarette électronique présente un risque dans le cadre du travail. L'Institut rappelait, à ce titre, que le propylène-glycol, présent dans la e-cigarette, est responsable, lorsqu'il est inhalé, d’une irritation oculaire et de difficultés respiratoires. L'employeur serait donc en droit de l'interdire dans les locaux. C'est d'ailleurs ce que le ministère de la Santé recommande déjà de faire aux entreprises de transports en commun.
La RATP a, par exemple, décidé de prohiber l’usage du produit dans l’ensemble de ses espaces, y compris les véhicules. Sans grand succès visiblement, tant le nombre de consommateurs ne cesse d'augmenter dans les rames de métro et les bus parisiens.
Enfin, dans son rapport remis à Marisol Touraine au mois de mai, l'Office  français de prévention du tabagisme préconisait, pour sa part, que « l'usage de la cigarette électronique soit interdit dans les lieux publics, pas au nom d'un problème de santé mais pour l'exemplarité, car elle peut inciter à fumer », indiquait le Pr Bertrand Dautzenberg, principal auteur du rapport sur la e-cigarette.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité