Publicité

QUESTION D'ACTU

Addiction

Toxicomanie : consulter un médecin en hôpital augmente les chances de commencer un traitement

Un programme innovant de consultation en toxicomanie à l’hôpital pousse les patients à commencer un traitement pour se soigner.

Toxicomanie : consulter un médecin en hôpital augmente les chances de commencer un traitement LeszekCzerwonka/istock

  • Publié 16.08.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon une récente étude de l’Oregon Health & Science University, publiée dans la revue Journal of General Internal Medicine, les patients qui rencontrent une équipe de professionnels spécialisés dans l’addiction lorsqu’ils séjournent à l’hôpital sont plus enclins à commencer un traitement une fois rentrés chez eux. 

"Nous avons réussi à augmenter considérablement le taux d’engagement dans un traitement, explique Honora Englander, auteure principale de l’étude. C’est important car s’engager dans un traitement permet de réduire les coûts de santé, la mortalité et un vaste spectre d’autres variables.

Un taux d’engagement supérieur de plus de 10 points

Le projet en question, nommé IMPACT, rassemble dans une même équipe des médecins, des travailleurs sociaux, des anciens toxicomanes et des représentants de structures d’aide contre l’addiction. Lorsque les patients sont hospitalisés, cette équipe est en charge de discuter avec eux de leur addiction. 

L’étude a comparé les comportements de 208 patients ayant reçu une consultation avec l’équipe IMPACT pendant leur hospitalisation avec ceux d’un groupe de patients similaires hospitalisés dans d’autres hôpitaux (sans consultation en addiction). Elle s’est basée sur leur engagement dans un traitement contre l’addiction dans le mois qui a suivi leur hospitalisation.

Résultat : 38.9% des patients ayant consulté l’équipe IMPACT se sont engagés dans un traitement contre 23.3% des patients n’ayant pas consulté. 

Peu d’hôpitaux prennent en charge le traitement de la toxicomanie. Pourtant, des personnes souffrants d’addictions sont souvent hospitalisés à cause de maladies liée à celles-ci : endocardites liés à l’injection de drogues, maladies du foie liées à la consommation excessive d’alcool, etc.

Les hôpitaux prennent en charge ces maladies mais pas l’addiction. "On ne pense pas que la toxicomanie à quelque chose qui peut être traité en hôpital, explique Englander. Notre étude essaye de changer ça."

Aux Etats-Unis, la crise des opioïdes et des métamphétamines a déjà fait 70.000 morts en 2017. En France, près de 8 500 décès liés aux drogues ont été dénombrés en 2015. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité