Publicité

QUESTION D'ACTU

D'où viennent les particules dans l'air ?


  • Publié 08.01.2013 à 06h59
  • |
  • |
  • |
  • |


Constituées de fines matières liquides ou solides, ces particules sont des polluants complexes qui se forment par condensation, par accumulation ou par pulvérisation mécanique, elles peuvent être transportées à distance. Rarement composées d’une seule substance, les particules ou « poussières » sont classées en fonction de leur taille: les « particules grossières » ou « PM10 », de taille inférieure à 10 µm (6 à 8 fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu ou de la taille d’une cellule) qui pénètrent dans l’appareil respiratoire. Les autres, appelées  « particules fines » ou « PM2.5 » inférieures ou égales à 2.5 µm (comme des bactéries) peuvent se loger dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires (alvéoles). Les plus fines sont les plus dangereuses.

 

L'origine. Certaines particules fines peuvent être d’origine naturelle, d’autres, émises par les sources de pollution ou produites dans l'atmosphère par réactions chimiques entre différents composés, sont liées aux activités humaines. Les installations de chauffage et le transport routier sous la forme des polluants émis par les véhicules diesel lors d’une combustion incomplète du gazole sont les principaux émetteurs de particules fines. Le transport routier pourrait représenter localement jusqu’à 70% des émissions de particules fines issues de la pollution. Il est à l’origine de la majorité des émissions de dioxyde d’azote (NO2) qui est un précurseur de particules fines.

 

Le risque. Il est prouvé que l’exposition aux particules fines peut être néfaste. C’est pourquoi elles sont classées dans la catégorie des « cancérogènes probables » (Groupe 2A). Des liens sont clairement identifiés entre la pollution atmosphérique et la survenue de problèmes respiratoires et cardiaques. La relation entre l’exposition à des particules fines et les cancers du poumon paraît probable. Pour la mortalité cardiovasculaire, l’augmentation du risque de décès associée à une augmentation des PM10 et du NO2 dans l’air est jusqu’à deux fois plus élevée que pour la mortalité toutes causes, en particulier pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

 

L'incidence sur la santé. D ‘après la Commission européenne 100 000 décès et 725 000 années de vie perdues par an sont attribuables aux particules fines. En 2005, une évaluation de l’impact sanitaire à l’échelle de 25 pays de l’Union européenne, réalisée dans le cadre du programme CAFE (Clean Air for Europe) de la Commission européenne, estimait qu’en France près de 42 000 décès par an étaient dus à la pollution de l’air par les particules fines, liées aux activités de l’homme.

 

Les personnes les plus vulnérables. Les personnes asthmatiques avant tout, mais aussi celles souffrant d’une maladie cardiovasculaire ou d’une maladie respiratoire comme une broncho pneumopathie chronique sont des sujets à risque. Les enfants sont eux particulièrement sensibles aux irritants car leur appareil respiratoire est immature. Les personnes âgées sont également plus vulnérables.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité