Publicité

QUESTION D'ACTU

Des dons en baisse

Le Téléthon 2012 frappé par la crise

L'édition 2012 n'aura pas réussi à relever le défi du record de dons. Si les Français ont été moins généreux lors du Téléthon 2012, c'est qu'ils subissent avec difficulté la crise. 

Le Téléthon 2012 frappé par la crise FLORENCE/SIPA

  • Publié 09.12.2012 à 12h58
  • |
  • |
  • |
  • |

  • Mots clés :
  • AFM

Depuis la création du Téléthon, il y a vingt-cinq ans, « c'est la première fois qu'on accuse un tel retard à l'heure où je vous parle, un retard encore rattrapable », déclarait samedi matin , la présidente de l’Association française contre les myopathies (AFM). Mais, déjà, Laurence Tiennot-Herment savait à ce moment là qu’elle ne pourrait plus inverser la tendance.
La mobilisation de France Télévisions, la participation de Johnny Hallyday, l’engagement de Franck Dubosc n’y ont rien fait, à 2H30 ce dimanche, le compteur s’est bloqué sur 81 millions d’euros de promesses de dons. En 2011, il affichait en fin d’émission 86 millions. Finalement, l’AFM avait récolté 94 millions d’euros.
Cette année, les organisateurs avaient placé l’édition sous le signe de « tous les défis », notamment avec les nouvelles voies de la thérapie génique. Celui du record de dons n’a pas été battu.

Même si l’enveloppe finale reste conséquente, le Téléthon 2012 a, lui aussi, souffert de la crise. Un contexte défavorable qui pénalise toute les organisations et les associations qui s’appuient sur les dons des Français. En octobre dernier, un sondage (1) réalisé pour France générosités, organisme qui regroupe de nombreuses associations caritatives, montrait que 31% des Français prévoyaient de diminuer leurs dons et 22% envisageaient de ne plus en faire dans l’année. « On n’a jamais vu cela, analysait Françoise Sampermans. 
Déjà, la présidente de France générosités, expliquait, sans le savoir, l’effritement enregistré ce week-end par l’AFM. « Ceux qui vont arrêter de donner sont les petits donateurs », soulignait-elle. « Les plus riches qui versent entre 500 et 700 euros par an vont clairement diminuer leurs dons ». Mais, pour elle, le plus gros danger viendrait de ceux qui « font le plus de dons », c’est-à-dire les retraités. Elle ne s’est pas trompée !

(1) Sondage Mediasprim/France générosités réalisé sur un échantillon de 1160 personnes représentatif de la population française

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité