Publicité

QUESTION D'ACTU

Spermatogenèse

Infertilité : des récepteurs cannabinoïdes identifiés pour la traiter

Une étude montre le rôle d'un récepteur cannabinoïde dans la spermatogenèse. Confirmant que la marijuana peut perturber la fertilité, elle ouvre la voie à un traitement.

Infertilité : des récepteurs cannabinoïdes identifiés pour la traiter EpicStockMedia

  • Publié 09.04.2016 à 13h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Les récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, présents sur certains neurones, sont aujourd'hui une cible de choix pour la recherche médicale. Des dizaines de médicaments sont en cours de développement, dans différentes indications, contre la douleur notamment ou encore l'addiction. Ces recherches sont cependant devenues plus sensibles depuis l'accident thérapeutique de Rennes, qui impliquait une substance de synthèse agissant sur les récepteurs cannabinoïdes CB1. L'enquête n'est pas encore terminée, mais un lien avec le système endocannabinoïde est a priori exclu.

Ce sont cette fois les récepteurs CB2 qui ont été étudiés par l'équipe de Paola Grimaldi, de l'école de médecine de l'Université de Rome. Trois groupes de souris ont été utilisés. Le premier a été traité avec un activateur spécifique du récepteur CB2. Le deuxième avec un inhibiteur, qui va au contraire bloquer son action. Le troisième enfin a seulement reçu une solution saline et servi de groupe témoin. Résultat : le groupe traité avec l'activateur CB2 a montré une accélération de la spermatogenèse, qui sert à la production de spermatozoïdes, tandis que le processus s'est ralenti avec l'inhibiteur.

Une piste prometteuse

Cette capacité à « stimuler les effets bénéfiques des cannabinoïdes sur la spermatogenèse par un produit chimique est une nouvelle piste prometteuse dans le traitement de l'infertilité masculine », estime Thoru Pederson, rédacteur en chef du FASEB Journal, dans lequel ces travaux ont été publiés.
En attendant, l'expérience confirme le rôle perturbateur que peut jouer la marijuana dans la fertilité. Un effet délétère est suspecté, mais la question n'a pas encore été véritablement tranchée.
En 2014 notamment, une vaste étude britannique publiée dans la revue Human Reproduction évaluait l'impact des comportements individuels sur la qualité du sperme. La consommation de cannabis a notamment été évaluée, mais une corrélation n'a été identifiée que dans un seul cas, celui des hommes de 18 à 30 ans.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité