Publicité

QUESTION D'ACTU

Grande conférence de la santé

Etudes de médecine : le numerus clausus sera régionnalisé

Lors de la Grande conférence de la santé, le gouvernement a annoncé la poursuite de la régionalisation du numerus clausus. Une mesure saluée par les étudiants en médecine. 

Etudes de médecine : le numerus clausus sera régionnalisé LEFEVRE SYLVAIN/SIPA

  • Publié 12.02.2016 à 14h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour lutter contre les déserts médicaux, le gouvernement souhaite réformer le numerus clausus. Lors de la Grande conférence de la santé qui s’est tenu ce jeudi, le Premier ministre Manuel Valls, et la ministre de la santé Marisol Touraine ont annoncé sa régionalisation.

Cette mesure, proposée par le Conseil national de l’ordre des médecins et la conférence des doyens, est expérimentée depuis fin 2015 dans 10 régions. Le nombre d’étudiants admis en seconde année à l’issue du concours est fixé en fonction des besoins régionaux, et la capacité de formation des universités.

Le gouvernement a donc décidé de poursuivre cette expérience et de l’étendre à tout le territoire. Des discussions avec les régions et les facultés de médecine devraient donc démarrer prochainement pour sa mise en œuvre.

« Jusqu’à aujourd’hui, le numerus clausus en médecine était un peu obscur. On ne savait pas trop comment il était décidé, expliqu à Pourquoidocteur Maxime Rifad le vice-président de l'ANEMF (l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France). Aujourd’hui, il y a vraiment une volonté de travailler avec les acteurs régionaux comme les observatoires régionaux de démographie des professions de santé, les agences régionales de santé pour évaluer les besoins sur les territoires.»


Améliorer la formation

Pour le représentant des étudiants en médecine, la régionalisation du numerus clausus permettra d’améliorer la formation. « Ce qui attire surtout notre attention, c’est la volonté de travailler avec les établissements universitaires et les CHU pour déterminer le nombre d’externes qu’ils peuvent accueillir en stage. Car aujourd'hui dans certains services, ils sont trop nombreux et ne bénéficient pas d’une bonne formation», explique Maxime Rifad.

Mais malgré cette avancée, l’ANEMF craint la régionalisation de la formation. « Aujourd’hui, elle très disparate d’un territoire à l’autre, affirme le vice-président. Nous souhaitons une homogénéisation des pratiques. »

 

Les paramédicaux pourront accéder aux études de médecine sans passer le concours

Manuel Valls souhaite développer les passerelles entre le paramédical et les études de médecine. A partir de 2017, les diplômés paramédicaux, comme les kinésithérapeutes ou les infirmiers, pourront entrer en 2ème ou 3ème année sur dossier. Ils n’auront donc pas à passer le concours de la première année. Une concertation avec les acteurs de ces formations sera mené afin de préciser « les prérequis demandés aux étudiants, notamment en matière d’exercice professionnel », précise la feuille de route dévoilée à l'issue de la Grande conférence de la santé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité