Publicité

QUESTION D'ACTU

41e Congrès de la Mutualité Française

Mutuelles : Etienne Caniard veut rénover le système de santé

Etienne Caniard, patron de la Mutualité française, veut remettre à plat le système des complémentaires. Et ne ménage pas l'Assurance maladie.

Mutuelles : Etienne Caniard veut rénover le système de santé Etienne Caniard, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (BEBERT BRUNO/SIPA)

  • Publié 11.06.2015 à 15h23
  • |
  • |
  • |
  • |


C'est un évènement attendu dans le monde de la santé. Le 41ème Congrès de la Mutualité Française s'ouvre ce jeudi à Nantes. Il réunit les décideurs politiques, institutionnels, professionnels de santé, et leaders d’opinion. François Hollande, président de la République, prendra même la parole pour un discours attendu. Les débats sur la Loi de santé (généralisation du tiers payant, partage des données…) n'ont en effet jamais autant été au cœur de l’actualité. 
Ces trois jours seront aussi l'occasion de batailler une nouvelle fois sur l'avenir du système de santé français dans un contexte où les complémentaires santé veulent prendre de plus en plus de place. Dernière preuve en date : l'association commune qu'elles viennent de créer afin de piloter le dispositif technique de tiers payant généralisé. Dans un entretien aux Echos, Etienne Caniard, président de la Mutualité Française, dévoile sa stratégie. 

 

Un constat d'échec

Etienne Caniard dresse un constat d'échec sur le bilan de l'Assurance maladie quant à la prise en charge de la santé des Français : « Toutes les conventions négociées par l’Assurance maladie ces dernières années échouent : les dépassements d’honoraires continuent à croître en volume, le renoncement aux soins s’accroît, l’implantation sur le territoire demeure inégale », fustige-t-il.
En effet, dans le dernier Observatoire citoyen des restes à charge en santé publique paru fin mai, les représentants des assurés ont constaté une hausse de 6,6 % de ces dépassements en 2012 et 2014. Chaque année, les Français déboursent ainsi 2,8 milliards d’euros pour prendre en charge les dépassements d’honoraires pratiqués par des médecins, des spécialistes en majorité.

Par ailleurs, le patron de la Mutualité pointe les discordances entre les discours des représentants de la médecine pour défendre l'exercice libéral et la réailté du terrain : « Il y a un malaise profond dans le corps médical, qui a pour cause l’inorganisation ; ce n’est pas l’invocation incantatoire de la liberté qui apportera les solutions. D’ailleurs, les médecins boudent l’exercice libéral », note-t-il.

 

Un appel à la cohérence 

Autre salve tirée dans les colonnes du quotidien économique, celle contre l'organisation actuelle du système de santé français, trop complexe, selon lui. « Nous attendons une véritable généralisation de la complémentaire santé. Cela passe par une simplification des voies d’accès. Aujourd’hui, on en compte pas moins de 8 : contrats collectifs, couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), contrats Madelin, labellisation des contrats de la fonction publique territoriale, aide à la complémentaire santé (ACS), etc. »
Une volonté de cohérence qui, d'après la Mutualité, va passer par l'association commune créée par les complémentaires. Dans le cadre du tiers payant, les mutuelles veulent mettre en place avec leurs partenaires « un socle de règles communes (cahiers des charges, normes techniques et de gestion…) »


Des contractualisations avec les médecins

Pour les médecins, Etienne Caniard aussi a un un petit mot dans Les Echos, pas forcément du goût des syndicats médicaux. Ces derniers, comme la CSMF (principal syndicat de médecins libéraux), qui craignent qu'on les fasse rentrer dans des réseaux de soins, ne vont sans doute pas être rassurés. « Dans nos structures mutualistes, nous avons 15 000 professionnels de santé salariés, et nous recrutons de plus en plus facilement. La solution passe par la contractualisation entre les complémentaires et les professionnels de santé », a-t-il déclaré. Et de rajouter : « Cela permettrait de fixer par exemple le bon niveau de rémunération des soins et les pratiques à encourager. Nous pensons que c’est aux médecins eux-mêmes d’établir les critères collectivement (..). La profession n’est pas fermée à l’idée de travailler avec nous. »

 

Plus de souplesse et de décentralisation 

Dans un souci d'efficience, le patron des mutuelles confie aussi aux Echos qu'il veut changer l'organisation territoriale du système de santé. « Je ne crois pas à un pilotage centralisé du système de soins. Comment organiser le parcours de soins de façon identique sur tout le territoire, alors qu’il dépend de l’offre médicale locale, des aspirations des patients, de l’environnement ? Alors que les maladies chroniques sont devenues l’enjeu majeur de santé, il est impossible de déterminer des protocoles de prise en charge uniformes qui s’appliqueront à tous. »
Etienne Caniard lance donc un appel à davantage de souplesse.

 

Des ambitions dévoilées 

Enfin, dans cet entretien, la Mutualité Française ne cache plus ses ambitions. A côté des valeurs qu'elle défend (égalité, solidarité), il faut dire que les enjeux économiques de ce secteur sont considérables. Le Pr André Grimaldi, l’un des fondateurs du Mouvement de défense de l'hôpital public (MDHP), rappelait récemment dans Pourquoidocteur que « le budget de la santé total, c'est 240 milliards d'euros. »  
« La protection sociale de demain s’appuiera sur deux piliers : la Sécurité sociale et les complémentaires qui offrent la souplesse nécessaire pour l’accès aux soins et la régulation. Ce système doit être organisé avec des objectifs de résultat. Je rêve d’une mutualisation plus importante qui permettrait de réduire les filets de sécurité qui coûtent si cher », a conclu Etienne Caniard.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité