Publicité

MIEUX VIVRE

Prévention et alimentation

Diabète : l'optimisme aurait des effets protecteurs chez les femmes ménopausées

Incroyable mais vrai : l'optimisme pourrait avoir un effet protecteur contre le diabète de type 2 chez les femmes ménopausées.

Diabète : l'optimisme aurait des effets protecteurs chez les femmes ménopausées diego_cervo /istock

  • Publié 27.01.2019 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


De plus en plus d'études attestent du rôle protecteur et/ou salvateur de l'optimisme sur la santé. Récemment, des chercheurs de l'Université de Bloomington (Indiana, Etats-Unis) ont examiné si les traits de personnalité comme l'optimisme, la sensibilité émotionnelle, les émotions négatives ou encore l'hostilité pouvaient être associés au risque de développer un diabète de type 2 chez les femmes ménopausées.

Au total, 139 924 femmes ménopausées non diabétiques au début de l'étude et âgées de 50 à 79 ans ont été suivies pendant une moyenne de 14 ans (extrêmes de 0,1 à 23 ans). Les chercheurs ont collecté des informations sur leurs traits de personnalité grâce à des questionnaires, puis le Modèle à risques proportionnels de Cox (un logiciel statistique) a été utilisé pour évaluer les associations entre ces données et l'incidence du diabète, en ajustant les facteurs démographiques communs des participantes, leurs comportements liés à leur santé et leurs éventuels symptômes dépressifs. 

Les femmes négatives ont 12% de risques en plus de souffrir de diabète

Au cours du suivi de ces femmes, 19 240 cas de diabète ont été diagnostiqués. Les chercheurs ont découvert que les plus optimistes avaient 12% moins de risques de développer un cancer de type 2, contrairement aux autres femmes. À l'inverse, celles qui étaient le plus susceptibles d'exprimer des émotions négatives de façon répétée avaient un risque plus élevé de 9% et les plus hostiles étaient 17% plus susceptibles de développer du diabète. A noter que l'association de l'hostilité au risque de diabète était plus forte chez les femmes non obèses, que chez celles qui l'étaient.

"Un faible optimisme et une négativité élevée, ainsi que l'hostilité étaient associés à un risque accru de diabète chez les femmes ménopausées, indépendamment des principaux comportements de santé et des symptômes dépressifs, notent les chercheurs. Outre les efforts visant à promouvoir des comportements sains, les traits de personnalité des femmes devraient être pris en compte pour orienter les stratégies d'intervention clinique ou en matière de prévention du diabète". 

Le diabète de type 2 représente 90 % des cas et se manifeste généralement à l'âge adulte chez des personnes de plus de 40 ans en surpoids. Il se caractérise par un taux de sucre trop élevé dans le sang. Un bon équilibre alimentaire et une activité physique régulière, avec un amaigrissement peuvent empêcher la maladie d’évoluer et font partie du traitement, au même titre que les médicaments qui ont désormais démontré leur capacité à réduire le risque cardiovasculaire et la mortalité. Mais considérer sérieusement les traits de personnalité des patients comme d'éventuels facteurs de risque pourraient aider les professionnels de santé à mieux prévenir la maladie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité