>
>
Cataracte : une chirurgie simple à faire en ambulatoire
Cataracte : une chirurgie simple à faire en ambulatoire
Publié le 27.03.2017
Mise à jour 03.09.2018
Mots-clés :
Cataracte : une chirurgie simple à faire en ambulatoire
gpointstudio/iStock

Cataracte : DIAGNOSTIC

Quand évoquer une cataracte ?

Il faut évoquer la cataracte lorsqu’après 60 ans, on constate une baisse de la vision de loin.
Si la personne porte des lunettes, elle aura le sentiment de devoir en changer car elles ne sont plus adaptées à sa vue.
De même si la conduite automobile devient difficile, il est indispensable d’aller consulter un ophtalmologue pour éviter d’avoir un accident.

Quelles sont les autres formes de cataracte ?

Mis à part l’origine « sénile » qui est la plus répandue, il existe d’autres causes de survenue de cataracte.
Tout d’abord des origines traumatiques, c’est-à-dire causées par des blessures oculaires qui vont endommager le cristallin, par exemple, soit par un objet qui frappe l’œil avec force, soit par un objet pointu qui va venir perforer l’œil. Dans les deux cas, l’origine est évidente même si la cataracte n’apparaît que quelques jours voire quelques mois après.
Ensuite il existe des cataractes qui surviennent secondairement à une maladie. Généralement ce sont des problèmes oculaires comme une inflammation prolongée de l’œil, une forte myopie ou après une chirurgie de l’œil. Mais les personnes souffrant de diabète ou d’hypoparathyroïdie (une maladie des glandes parathyroïdes) sont également à risque de faire une cataracte.
Parmi les causes les plus rares, on trouve les maladies génétiques comme la trisomie 21 ou la dystrophie de Steinert mais également les transmissions héréditaires.

Comment faire le diagnostic de cataracte ?

Le diagnostic de cataracte se fait chez l’ophtalmologiste après un examen minutieux des yeux.
Tout d’abord, le médecin va procéder à un interrogatoire pour recueillir des informations qui pourraient l’aider à poser son diagnostic, comme l’âge, la profession, les antécédents de maladies et la recherche de signes cliniques.
Ensuite l’ophtalmologue va poursuivre par un examen de la vision classique pour analyser la vue de près et de loin.
Mais le diagnostic de certitude de la cataracte sera posé lors de l’examen à la lampe à fente, réalisable avec ou sans dilatation de la pupille. En envoyant une lumière dans l’œil, l’aspect opaque du cristallin sera visualisable et signera le diagnostic positif. A cela sera ajouté un fond d’œil pour évaluer l’état de la rétine et du nerf optique.

Quel bilan réaliser après un diagnostic positif de cataracte ?

Après avoir fait le diagnostic de cataracte, l’ophtalmologiste va décider ou non de programmer une intervention chirurgicale. Elle est réalisée généralement lorsque la modification de la vision devient gênante pour les gestes de la vie quotidienne.
A partir du moment où l’indication d’opérer est posée, il va falloir prendre deux mesures de l’œil pour évaluer quel type d’implant va convenir pour remplacer le cristallin opaque. La première mesure est la kératométrie dont l’objectif est de quantifier le rayon de courbure de la cornée grâce à un « kératomètre ». Puis la deuxième mesure est celle de la longueur axiale de l’œil par échographie en mode A.
D’autres examens complémentaires pourront être prescrits par l’ophtalmologue pour rechercher une cause autre que le vieillissement ou les traumatismes. Il pourra demander une mesure de la glycémie pour le diabète ou le dosage de la parathormone ainsi que du calcium pour l’hypoparathyroïdie.

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit