>
>
DMLA : non traitée, la dégénérescence maculaire liée à l'âge est invalidante
DMLA : non traitée, la dégénérescence maculaire liée à l'âge est invalidante
Publié le 13.10.2017
Mots-clés :
DMLA : non traitée, la dégénérescence maculaire liée à l'âge est invalidante
KatarzynaBialasiewicz/iStock

DMLA : DIAGNOSTIC

Quand faut-il évoquer une DMLA ?

A partir de l'âge de 50 ans, la survenue d'une perte de la vision correcte à un œil (« perte d'acuité visuelle »), progressive ou brutale, doit attirer l'attention et conduire à consulter un ophtalmologiste sans délai pour un examen de la rétine.
Au début de la maladie, la vision précise se brouille, la lecture devient difficile. Les couleurs sont mal perçues, la lumière vive provoque un éblouissement. Parfois, les lignes droites apparaissent déformées. Enfin, le signe qui caractérise la maladie est l'apparition plus ou moins brutale d'une tache sombre au centre du champ visuel qui ne permet plus certaines activités comme la lecture.
La maladie commence généralement par atteindre un seul œil. Il est alors difficile de se rendre compte du trouble car la vision reste correcte grâce à l'œil sain. Après un délai variable, la maladie atteint les deux yeux.

Comment faire le diagnostic de DMLA ?

Le médecin ophtalmologiste est le spécialiste qui prend en charge la maladie. Il mesure d'abord l'acuité visuelle puis, après dilatation des pupilles par des gouttes dans l’œil d’un collyre, il réalise un examen du fond d'œil qui permet d'observer la rétine et les anomalies liées à la maladie.
A un stade précoce, il permet d'observer les « drusen » (ou « druses ») qui sont des dépôts sur la macula et qui prédisposent à la survenue d'une DMLA. Lorsque la maladie est déclarée, le fond d'œil met en évidence les troubles caractéristiques comme l'atrophie de la macula ou les néo-vaisseaux.
Lorsque la forme exsudative ou humide de DMLA est diagnostiquée, deux examens complémentaires sont réalisés :
• L'OCT, ou « tomographie en cohérence optique », est un examen d'imagerie qui permet d'observer des coupes de la rétine.
• « L'angiographie rétinienne » visualise les vaisseaux présents dans la rétine.
Enfin, le test d’Amsler est utile pour mettre en évidence d’éventuelles taches sombres dans la région centrale, les zones de déformation des lignes ou d’images. D’usage simple, il est présenté à une distance de lecture de près et il peut être remis au patient qui peut évaluer et surveiller sa vision lui-même.

Avec quoi peut-on confondre une DMLA ?

Une myopie forte peut se manifester par des signes voisins d'une DMLA.
C'est aussi le cas d'une atteinte de la macula liée au diabète, la « maculopathie diabétique », qui peut compliquer et ou accompagner une « rétinopathie diabétique ».

Faut-il consulter en urgence ?

Lorsque des troubles de la vision tels que ceux décrits plus haut surviennent chez une personne de plus de 50 ans, il faut qu'elle consulte rapidement un médecin ophtalmologiste. Un bilan complet avec les examens complémentaires doit être réalisé en moins d'une semaine.
S'il n'est pas possible d'obtenir un rendez-vous rapide chez un spécialiste de ville, il est donc conseillé de se rendre à l'accueil d'un service hospitalier spécialisé.

<< CAUSES
TRAITEMENT >>
Sur le même sujet :