>
>
Cor, durillon et œil-de-perdrix : des frottements ou un appui anormaux
Cor, durillon et œil-de-perdrix : des frottements ou un appui anormaux
Publié le 14.03.2016
Mise à jour 14.03.2016
Cor, durillon et œil-de-perdrix : des frottements ou un appui anormaux
master1305/iStock

Cor, durillon et œil-de-perdrix : QUE FAIRE ?

Comment éviter les cors, durillons et œils-de-perdrix ?

Il faut veiller à être bien chaussé. Les chaussures doivent être parfaitement adaptées à la morphologie du pied, ni trop grandes, ni trop petites, ni trop souples, ni trop raides. Il faut porter des chaussettes confortables en cas de sur-sollicitation du pied.
Lorsque l’on doit beaucoup marcher, il faut éviter les chaussures à bout pointu, trop serrées et à talons trop hauts.
A la moindre douleur à la marche due à un frottement, il faut surveiller la peau. En cas d’épaississement, il est conseillé de poncer légèrement la callosité et de protéger la zone avec des pansements protecteurs (Compeed, Epitact…). Plus le traitement est entrepris précocement, plus il est efficace.
En cas de peau sèche, il est conseillé de l’hydrater avec une crème après la toilette quotidienne.

Quand faut-il consulter un médecin ?

• En cas de gêne persistante ou si le cor devient rouge et s’infecte, il faut consulter le médecin qui fait le bilan du trouble et décide de la prescription de soins locaux ou réalisés par un pédicure-podologue.
• En cas d’anomalie de la statique du pied, le traitement du durillon est basé sur la réalisation d’une « orthèse plantaire » (ou semelle orthopédique) visant à compenser l’anomalie de la statique du pied.

Que peut-on faire en cas de cors, durillons et œils-de-perdrix ?

• Le cor doit être décapé à l’aide de lime ou de râpe, en évitant les objets tranchants. Il faut procéder avec douceur et précaution pour ne pas abîmer la peau en dessous de la couche cornée.
Un bain de pieds d’eau chaude préalable est utile pour ramollir le cor. Il est possible de se procurer en pharmacie des « produits coricides » à base d’acide salicylique qui dissout la couche épaisse de la peau.
Ces différents traitements comportent un risque : celui de blesser la peau qui peut ensuite s’infecter. C’est pourquoi, en cas de maladies responsables de troubles de la circulation des jambes et des pieds, telles que le diabète ou l’artérite, et pour les personnes âgées, il est préférable de consulter son médecin traitant et de faire prendre en charge ces lésions par un podologue.
En cas d’anomalie de la statique du pied, il est souvent nécessaire de réaliser une « orthèse du pied » (ou semelle orthopédique) sur mesure chez un podologue spécialisé. Cette semelle vise à compenser ou corriger les anomalies de la statique du pied (exemple barre métatarsienne rétrocapitale en cas d’affaissement de l’arche antérieure du pied). Ces orthèses plantaires sont réalisées sur mesure. Elles font l’objet d’un remboursement partiel par l’Assurance Maladie. Il faut savoir qu’une semelle complète fait prendre une pointure et qu’elle peut aggraver le conflit du fait des chaussures qui deviennent trop serrées. Il est possible de réaliser une orthèse des 2/3 (du talon jusqu’aux métatarsiens) qui ne modifie pas la pointure.
• Certaines déformations importantes des pieds, comme l’hallux valgus, peuvent nécessiter l’intervention d’un chirurgien pour corriger l’anomalie.

<< DIAGNOSTIC
PLUS D’INFOS >>