Publicité

QUESTION D'ACTU

Perturbateurs endocriniens

Sex-toys : un jeune sur deux ignore sa composition

Selon un récent sondage, un jeune sur deux ne connaît pas la composition de son sex-toy. Mais ils sont 80% à souhaiter plus de transparence autour des divers produits intimes.

Sex-toys : un jeune sur deux ignore sa composition BEBERT BRUNO/SIPA

  • Publié 22.03.2014 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Plastique, latex, silicone… Les matières dans lesquelles sont fabriqués les sex-toys ne manquent pas. Pourtant, l’opacité la plus totale entoure la composition de ces jouets pour adultes. Comme le révèle le sondage « Protège tes hormones » réalisé par le collectif Générations Cobayes, la moitié des utilisateurs de ces objets ignorent ce qu’ils contiennent.

 

Des zones intimes en danger

Pas moins de 35 000  jeunes ont participé à ce sondage sur les perturbateurs endocriniens. Et ils sont 8 sur 10 à réclamer, dans le sillage de la pétition de Générations Cobayes, davantage de transparence autour des produits intimes (préservatifs, lubrifiants, sex-toys…). Les personnes concernées par le sujet sont nombreuses si l’on en croit les résultats du sondage : utilisatrices de coupe menstruelle (14%), adeptes de la masturbation avec sex-toy (environ 25%) et usagers du préservatif (28%)… Dans le cas des jouets pour adultes, seuls 8% des personnes interrogées ont dit utiliser un objet en plastique sans phtalates.

 

Le danger est d’autant plus fort que ces objets intimes entrent en contact avec des muqueuses, qui absorbent aisément les perturbateurs endocriniens. Autre problème avec ces substances chimiques nocives : c’est la durée de l’exposition, et pas la quantité, qui représente un danger. A tel point que le ministère danois de la santé comparait, en 2011, l’usage vaginal de sex-toys à une ingestion orale de phtalates. 

 

« Un canard sans phtalates tu choisiras »

Sex-toys et phtalates : le sujet reste peu abordé en France, malgré les tentatives répétées de Générations Cobayes, qui tente l’humour. « Un canard sans phtalates tu choisiras », « Une pénétration sans perturbateurs endocriniens tu testeras » : voilà deux des « 7 commandements de l’éco-orgasme », qui propose une sexualité à moindre risque. Dernière opération en date de Générations Cobayes, avec l’Appel de la jeunesse : la campagne « Let’s talk about sex » (Parlons de sexe), financée par le Conseil régional d’Île-de-France. Elle a pour but de sensibiliser la population au lien étroit entre perturbateurs endocriniens et sexualité. Un travail de fond.

 

 

 

 

X

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité