Publicité

QUESTION D'ACTU

Retour aux 40h

Le patron des cliniques demande le retour aux 40 heures

Le président de la Fédération de l’hospitalisation privée souhaite le retour des 40 heures par semaine dans les cliniques. Selon lui, les 35h ne permettent pas de boucler les plannings du personnel.

Le patron des cliniques demande le retour aux 40 heures Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 28.11.2014 à 18h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Medef et Fédération hospitalière privée même combat ? Tout comme Pierre Gattaz, Lamine Gharbi, président de la FHP, s’est en effet prononcé sans détour en faveur du rétablissement de la durée légale de travail à 40 heures par semaine, lors d’une audition devant les députés jeudi matin.

Des difficultés à boucler les plannings
Dans des propos rapportés par Le Quotidien du Médecin Lamine Gharbi a confié : « Du MEDEF à la FHF (Fédération hospitalière de France, représentant les hôpitaux publics), on demande de reposer la question des 35 heures. »
Côté arguments, il a évoqué la difficulté à boucler les plannings depuis le passage aux 35 heures, ou encore le raccourcissement du temps de transmission lors des relèves entre équipes médicales. Pour lui, ces difficultés menace la qualité des soins dans les cliniques. Par ailleurs, il a soulevé l’impossibilité de recruter davantage en raison des difficultés financières du secteur (« 30 % des établissements sont en déficit ») qui se sont accrues avec cette mesure.

Seul 4 % du personnel fait 35h
Dans une vidéo postée sur le site de l'Assemblée Nationale, Lamine Gharbi explique pourquoi le secteur hospitalier privé ne pouvait correctement fonctionner avec des journées de 7 heures de travail.
Résultat, seul 4 % du personnel des cliniques privées travaillent 35 heures par semaine. 3 % bénéficient de jours de RTT. L’immense majorité des salariés du secteur (93 %) travaille avec des cycles variables d’une semaine à l’autre (deux jours de travail une semaine, cinq jours de travail la semaine suivante, par exemple), a-t-il précisé.
« Un système qui pose problème, selon lui, puisque dans les cliniques l'activité est fluctuante, avec des pics et des creux. On ne peut pas organiser le temps de travail de façon linéaire. Avec les 35h, on a du mal à assurer la permanence des soins », a-t-il martelé. Pour lui, avoir imposé ce système est « la preuve flagrante du décalage entre la théorie et la pratique sur le terrain. »
Conclusion du président de la FHP : « Les 35h restent trop contraignantes pour les cliniques. » 


40h pour réduire les situations de précarité
Dans ce contexte, Lamine Gharbi pense que le retour aux 40 heures présenterait plusieurs avantages pour les cliniques. Il permettrait de « conforter la qualité des soins » et de « réduire les situations de précarité », en réintégrant dans les équipes les professionnels actuellement sous CDD ou en intérim.
Pour rappel, la FHP représente le 1 100 cliniques et hôpitaux privés de France. Elle emploie plus de 40 000 médecins libéraux ou salariés, et 150 000 personnels de soins, administratifs et techniciens salariés dont 52 000 infirmiers. Huit millions de patients y sont soignés chaque année.




Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité