• CONTACT

MIEUX VIVRE

Voyages

Turista, la rançon du voyage

C’est la règle, et elle est de retour ! Notre intestin n’aime pas les voyages nord-sud. Et la sanction s’appelle la « turista ».

Turista, la rançon du voyage Prostock-Studio / iStock

  • Publié le 22.07.2022 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Pas question de faire un quelconque racisme. Non, la France n’est pas le pays de la gastronomie sans risque. Le Suédois est presque aussi malade dans notre pays que nous le sommes en Espagne. C’est uniquement le changement de nourriture, d’eau ou de climat qui provoque le dérangement. Ce n’est que lorsque des microbes entrent en jeu, qu’il y a contamination, que l’on peut parler réellement de « turista ».

C’est principalement l’eau qui est en cause. Malgré toutes les mises en garde, nous sommes nombreux à nous faire piéger par une salade, un fruit ou tout simplement le brossage des dents le soir à l’hôtel. C’est vrai qu’il est difficile, déshydraté, assoiffé, dans un pays souvent sublime, de refuser une bonne boisson rafraîchie à l’aide de glaçons dont on oublie vite l’origine douteuse.

Le maniaque y arrivera peut-être au prix d’efforts constants ou d’un séjour totalement européanisé. Les autres devront subir. Pour la plupart, il ne s’agira que de simples passages fréquents et impérieux aux toilettes. Rien d’alarmant, sauf chez les gens très âgés – ils voyagent peu – et chez les tout-petits – c’est beaucoup plus fréquent – car en cas de diarrhée, la déshydratation peut être extrêmement rapide.

Il faut donc boire beaucoup : des sodas embouteillés par un fabriquant connu représentent un excellent moyen de lutter également contre le vomissement souvent associé. Du thé léger – l’eau est bouillie et n’est donc plus contaminante – avec beaucoup de sucre fait également l’affaire.

Après 24 heures de diète, les symptômes vont disparaître et l’on pourra reprendre progressivement une alimentation normale en privilégiant les carottes et le riz qui ont un effet astringent.

Toutefois, si l’on constate la présence de température, accompagnée de nausées, de vomissements et de crampes d’estomac, il ne faudra pas hésiter à prendre un traitement antibiotique ou un antiseptique intestinal que votre médecin vous aura peut-être prescrit de façon préventive.

Enfin, si la diarrhée persiste au-delà de 48 heures, ou si vous notez la présence de sang dans les selles, il peut s’agit d’un parasite comme les amibes. Là, c’est le domaine de la consultation locale ou de votre médecin si le retour n’est pas trop éloigné.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES