• CONTACT
Le décalage horaire, difficile d’y échapper'); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write('
'); newWin.document.write(''+divToPrint+''); newWin.document.write('
'); newWin.document.close(); }

MIEUX VIVRE

Chronique de l'été

Le décalage horaire, difficile d’y échapper

De nombreux vacanciers vont découvrir les joies relatives du décalage horaire. Positif dans le sens Est/Ouest, pénible dans le sens inverse, il est difficile d’y échapper… il faut juste s’adapter.

Le décalage horaire, difficile d’y échapper Syuzanna Guseynova / iStock

  • Publié le 03.08.2022 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L’explication est dans la perturbation de l’horloge biologique qui définit nos rythmes… En fait, tous nos organes, toutes nos fonctions vitales ont un rythme dont la fréquence est différente. Ce n'est pas une horloge qui gère notre vie mais plutôt un ensemble de montres obéissant à une oscillation horaire, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, voire même annuelle pour certaines fonctions.

On ne connaît pas le nom du grand horloger, mais celui de l’une de ses assistantes, la mélatonine. Elle permet au corps de s'orienter dans le temps en assurant une interface entre l'extérieur et l'intérieur de l'organisme. C'est en particulier l'alternance lumière/obscurité qui déclenche sa sécrétion. La mélatonine agit principalement en renforçant la baisse de notre température corporelle, ce qui nous permet de nous endormir.

La mélatonine est une hormone

Qui dit hormone, dit possibilité de traitement. On a en effet fondé de très gros espoirs sur la mélatonine. Souvenez-vous des travaux du professeur Baulieu contre le vieillissement. Il n’y a aujourd’hui pas de preuves réelles, et c’est dommage, car il ne s’agit pas de régler seulement le problème du décalage horaire, mais aussi par exemple celui du travail en 3x8 qui gâche les nuits de centaines de milliers de travailleurs.

Pour en revenir à la mélatonine, dans le cancer du sein par exemple, on a constaté que son taux dans le sang des femmes américaines était inférieur à celui des femmes japonaises, celles-ci développant beaucoup moins de cancers du sein. Les hôtesses de l'air – qui, à cause de leurs voyages, ont des sécrétions de mélatonine anarchiques et donc un taux moindre – ont également deux fois plus de cancers de ce type que les femmes qui restent à terre. Notre organisme est très dépendant du rythme jour/nuit et lumière/obscurité. Toutes les grandes fonctions biologiques sont, directement ou indirectement, contrôlées par ce système : les sécrétions hormonales, mais aussi le fonctionnement du cœur, de la digestion, l’immunité, et bien évidemment du cerveau...

Alors que faire ?

Pour le décalage horaire, il y a plusieurs écoles.

Ceux qui prennent un somnifère, dès leur montée dans l’avion, puis la première nuit pour trouver le sommeil… Cela ne fait que reculer le problème avec le risque de se sentir un peu déprimé le matin.

Il y a ceux qui prennent de la mélatonine, un médicament longtemps interdit en France, d’achat en supermarché aux États-Unis, dont on n’a aucune preuve de l’efficacité dans le décalage horaire.

Et puis ceux, ils sont nombreux parmi les grands voyageurs, qui savent être patients et ne prennent rien.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES