Publicité

MIEUX VIVRE

Dans le BMJ

Ménopause : la variation de poids augmente le risque de fracture

La variation de la masse corporelle entraînerait un risque supplémentaire de fracture chez les femmes ménopausées, selon une étude parue dans le BMJ.

Ménopause : la variation de poids augmente le risque de fracture MARCIN GADOMSKI/EAST-NEWS/SIPA

  • Publié 29.01.2015 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Perdre du poids, mais aussi en prendre, ce n’est pas bon pour les os, en particulier pour les femmes ménopausées, selon une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ). Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont étudié les données de la cohorte Women’s Health Initiative, soit plus de 120 000 femmes ménopausées qui avaient entre 50 et 79 ans au début de l’étude et qui ont été suivies en moyenne 11 ans de 1993 à 2013. Ajoutons que ces femmes devaient, pour pouvoir participer à la cohorte, ne pas avoir de problèmes cardiaque, pulmonaire, rénaux et hépatique sérieux, et avec une espérance dvie d'au moins 3 ans.

Les résultats de cette nouvelle étude - la première à « se focaliser spécifiquement sur l’influence du changement de poids et les fractures des membres inférieurs, supérieurs et du centre du corps », selon les auteurs – sont impressionnants . Ainsi, les femmes, qui ont perdu « au moins 5 % de leur masse corporelle, ont, environ, 65 % de risque de plus de se fracturer la hanche, 30 % de risque en plus de se faire une fracture axiale (bassin, hanche et vertèbres) et 9 % de risque de plus de se fracturer un membre supérieur ».

La graisse peut parfois protéger contre les fractures

Pour les femmes ayant pris « au moins 5 % de masse corporelle, les risques de se fracturer un membre inférieur ou supérieur augmentent de 10 % et 18 %, quand on les compare aux femmes qui ont gardé un poids constant », selon les chercheurs. En revanche, aucune différence n’a pu être observée au niveau des fractures axiales pour les patientes qui prennent du poids, probablement parce qu'à cette endroit, la graisse forme une sorte de petit coussin qui protège contre les fractures !

Pour Bernard Cortet, professeur de rhumatologie au CHU de Lille,  « les mécanismes qui sous-entendent les fractures chez les obèses et chez les personnes qui prennent du poids sont les mêmes. »

Ecoutez le Pr Bernard Cortet, rhumatologue au CHU de Lille« Quand on augmente son poids, l'impact avec le sol est plus conséquent que chez le sujet dont le poids est inférieur, donc ce seul facteur mécanique fait que l’os va pouvoir se fracturer ».



Le Pr Patrice Fardellone, professeur de rhumatologie au CHU d’Amiens, a une interprétation différente : c'est bien la variation du poids (et non pas uniquement le poids) qui a une influence  sur le risque de fractures. Cette nuance est déterminante pour comprendre les résultats : « Une augmentation de poids, même minime, va entraîner des modifications dans l’équilibre, dans l’image corporelle et peut-être traduit une co-morbidité sous-jacente ».

Le tissu adipeux entraîne des inflammations

La prise de poids entraîne une deuxième conséquence, selon le Pr Cortet : « le tissu adipeux secrète un certain nombre de substances qui peuvent entraîner une inflammation : ce n’est pas bon pour les os et ça peut entraîner des risques de fracture ».

Et qu’en est-il pour les personnes qui perdent du poids ?

Ecoutez le Pr Bernard Cortet :  « Quand on perd du poids, on perd de l'os ! L'exemple le plus caricatural, c'est celui de la chirurgie bariatrique : les patients perdent 10 % de leurs squelettes en quelques mois. »




Sans compter que les femmes continuent à secréter des œstrogènes après la ménopause au niveau du tissu adipeux. Or ces œstrogènes protègent les os, donc plus les femmes sont légères et plus leur squelette est fragilisé, ce qui là-aussi explique l'augentation des risques de fracture.

Les médecins doivent être vigilants quand le poids de leurs patients varie

Enfin, l’étude fait le distinguo entre perte de poids intentionnelle et non volontaire. Ces deux pertes de poids entraînent une augmentation des risques de fracture, même si elles ne touchent pas les mêmes zones. Conséquences ? Les médecins doivent être particulièrement vigilants avec leurs patientes dont le poids varie.

Ecoutez le Pr Patrice Fardellone, chef du service de rhumatologie du CHU d’Amiens :  « Le médecin qui a un patient qui prend ou qui perd du poids doit être vigilant par rapport au risque fracturaire et doit l'évaluer systématiquement. ...»



Les femmes qui débutent un régime après la ménopause doivent donc être en lien avec leur médecin et se supplémenter en vitamine D, en calcium pour fortifier leurs os.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité