Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Autisme ou dépression : en protéger son enfant pendant la grossesse, c'est possible

La théorie infectieuse de l’autisme ou de la dépression se renforce : ces troubles mentaux se développeraient lors de certaines grossesses.

Autisme ou dépression : en protéger son enfant pendant la grossesse, c'est possible Zinkevych / istock.

  • Publié 08.03.2019 à 13h36
  • |
  • |
  • |
  • |


Les risques d'autisme et de dépression sont plus élevés si la mère a été hospitalisée pour une infection pendant sa grossesse. C'est ce que montre une grande étude suédoise portant sur près de 1,8 million d'enfants.

"Ces résultats indiquent que la protection contre les infections pendant la grossesse, dans la mesure du possible, par exemple en suivant les recommandations de vaccination contre la grippe, sont nécessaires", explique Verena Sengpiel, professeure d'obstétrique et de gynécologie et auteur de l’essai publié dans la revue JAMA Psychiatry.

Nuire au développement du cerveau fœtal

Le cytomégalovirus (CMV) ou l'herpès sont déjà connus pour être capables de nuire au développement du cerveau fœtal et d'augmenter le risque de certains troubles psychiatriques. Il y a 30 ans, on avait également établi un lien entre le déclenchement de maladies mentales et les infections virales hivernales.

Toutefois, les résultats de la présente étude montrent également que l'infection en général pendant la grossesse - y compris lorsque l'agent infectieux n'atteint pas le cerveau du fœtus - est liée à un risque élevé que l'enfant devienne autiste ou dépressif plus tard dans sa vie. En effet, certains pathogènes retrouvés lors des infections au cours des grossesses analysées ne passent pas la barrière hémato-encéphalique.

L'augmentation du risque était de 79% pour l'autisme et de 24% pour la dépression

Les enfants de cette cohorte sont nés en Suède entre 1973 et 2014. Les chercheurs ont surveillé leur santé mentale jusqu'en 2014, lorsque les plus âgés avaient 41 ans. Ils ont alors constaté que si une future maman avait dû être hospitalisée pour une infection pendant sa grossesse, l'augmentation du risque était de 79% pour l'autisme et de 24% pour la dépression. Par contre, aucune association n’a été faite avec le trouble bipolaire et la psychose, dont la schizophrénie.

Le risque élevé d’autisme et de dépression chez l'enfant était également évident après des infections généralement considérées comme bénignes chez les femmes enceintes, comme une cystite par exemple. Néanmoins, l’environnement ne fait pas tout, puisque "les antécédents familiaux de troubles mentaux et neurologiques sont associés à un risque accru" d’autisme, selon une précédente étude du JAMA.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité