Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie cardiaque

Cancer du sein : le risque de fibrillation auriculaire est accru chez les survivantes

Les femmes atteintes d'un cancer du sein courent un risque accru de développer une fibrillation auriculaire, une maladie cardiaque qui peut avoir de graves conséquences. 

Cancer du sein : le risque de fibrillation auriculaire est accru chez les survivantes halfbottle / istock.

  • Publié 30.01.2019 à 15h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Une nouvelle étude menée au Danemark a révélé que les femmes atteintes d'un cancer du sein courent un risque accru de développer une fibrillation auriculaire.

La fibrillation auriculaire, aussi appelée fibrillation atriale, est un trouble du rythme cardiaque. Elle est définie par une activité électrique anarchique et rapide du muscle des oreillettes (cavités supérieures du cœur) et se traduit par la contraction désordonnée et inefficace de ces oreillettes. Non traitée, elle peut entrainer à la longue une insuffisance cardiaque et des accidents vasculaires cérébraux.

80% des patientes atteintes d'un cancer du sein y survivent

"Nous avons émis l'hypothèse que les femmes atteintes d'un cancer du sein pouvaient également être plus sujettes à une fibrillation auriculaire parce que le cancer du sein induit l'inflammation", indique la cardiologue Maria D'Souza, directrice de l’étude. Les traitements actuels garantissent qu'environ 80% des patientes atteintes d'un cancer du sein y survivent à long terme. "Mais cette survie peut être menacée par des complications résultant à la fois du cancer et des traitements connexes. On a notamment observé une augmentation de la fréquence des maladies cardiovasculaires, en particulier l'insuffisance cardiaque et les cardiopathies ischémiques au sein de cette population", ajoute-t-elle.

À l'aide de registres nationaux danois, les chercheurs ont analysé l'incidence à long terme de la fibrillation auriculaire chez les femmes atteintes d'un cancer du sein comparativement à la population générale. Ils ont identifié 74 155 patientes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein entre 1998 et 2015 et les ont comparé avec 222 465 personnes en bonne santé.

Un risque 80% plus élevé

Après analyse, les anciennes malades de moins de 60 ans avaient deux fois plus de risques de souffrir de fibrillation auriculaire au cours des six premiers mois suivant le diagnostic de cancer du sein. Ce même risque était 80% plus élevé de six mois à trois ans après la pose du diagnostic.

"Cette étude est la première à montrer que les femmes atteintes d'un cancer du sein présentaient un risque accru de fibrillation auriculaire. Nos résultats devraient encourager les médecins à se concentrer sur ce risque afin de le diagnostiquer et de traiter le plus tôt possible", conclut Maria D'Souza. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2017, près de 60 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en France. Si cette maladie est encore responsable de 12 000 décès cette même année, le taux de mortalité qui y est associé a beaucoup diminué en 15 ans.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité