Acides gras oméga-3, 6 et 9 : tout est affaire de proportions pour la santé

Publié le 15.10.2017
Acides gras oméga-3, 6 et 9 : tout est affaire de proportions pour la santé

Contrairement aux idées reçues, les graisses sont indispensables à la santé, en particulier les acides gras insaturés oméga-3, 6 et 9,qui contribuent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire. Mais uniquement si les apports sont dans des proportions bien définies.

Oméga-3, 6 et 9 : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

Les « acides gras » forment la base des lipides.
On distingue les « acides gras saturés », essentiellement d’origine animale, et les « acides gras insaturés », qui sont à privilégier pour une meilleure santé.
Ces derniers se divisent en « mono-insaturés », les oméga-9, et « polyinsaturés », les oméga-3 et 6.

Qu'est-ce que les acides gras ?

Longtemps accusées de tous les maux, notamment d’être responsables de la prise depoids et d’obstruer les artères, les graisses, ou « lipides »,ont été réhabilitées récemment. Les lipidessont désormais considérés comme des constituants dont dépend le bon fonctionnement de l’organisme carilsfournissent de l’énergie et entrent dans la composition des enveloppes ou « membranes » des cellules.
Ce qui a changé, c’est donc la reconnaissance de leur utilité chez toutes les personnes en bonne santé et les malades, à condition de bien prendre en compte lerespect des bonnes proportionsentre les différents types de lipides dans l’alimentation.
En effet, il existe différentes sortes de lipides dont le rôle et l’intérêt pour la santé sont très différents. Certains acides gras polyinsaturés sont dits « essentiels » car l’organisme ne peut pas les fabriquer et ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Il s’agit de l’acide alpha-linoléique ou « oméga-3 » et de l’acide linoléique ou « oméga-6 ». L’acide oléique, ou « oméga-9 » est un acide gras mono-insaturé (AGMI), riche en polyphénols, des antioxydants naturels qui participent à la prévention de certaines maladies.

Quels sont les besoins en lipides ?

Les lipides sont donc indispensables au bon fonctionnement de l’organisme mais les apports ne doivent pas dépasser un certain seuil.
D’après les recommandations de l’Association américaine de cardiologie, ils ne doivent pas représenter plus de 30 % de l’apport énergétique total. Il est important de respecter certaines proportions entre les différentes sortes de graisses : 50 % d’acides gras oméga-9, 25 % d’oméga-3 et 6, et 25 % d’acide gras saturés (qui se trouvent dans les laitages, la viande et les huiles de palme et de coco).
Les oméga-3 sont aujourd'hui insuffisamment consommés. C’est pourquoi l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a recommandé la mise en place d'une politique visant à accroître leur apport en faisant la promotion d’une alimentation équilibrée incluant la consommation de poissons gras et d'huile végétale de type soja, noix ou colza.

Quel doit être le rapport entre oméga-3 et oméga-6 ?

Les modes de vie modernes ont favorisé la consommation des oméga-6, plus faciles à se procurer que les oméga-3. Il s’est ainsi créé un déséquilibre en faveur des oméga-6, déséquilibre qui est néfaste en termes de santé, notamment pour le système cardiovasculaire et le système inflammatoire. De plus, ce déséquilibre nuit à l’utilisation optimale des oméga-3 par l’organisme.
Un rééquilibrage par l’augmentation de la ration d’oméga-3 est donc conseillé :il est conseillé de consommer au maximum cinq fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3, alors qu’actuellement, la tendance est d’en ingérer quinze fois plus.

OMEGA-3 >>
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit