Publicité

MIEUX VIVRE

Effet inverse

Aspartam et édulcorants : les « faux-sucres » des produits allégés qui font grossir

Aspartame, Stevia et autres édulcorants n’ont pas l’effet amincissant promis dans les publicités. Au lieu de favoriser la perte de poids, ils sont associés à un risque accru de grossir et d’avoir une obésité sur le long terme.

Aspartam et édulcorants : les « faux-sucres » des produits allégés qui font grossir Goldfinch4ever/istock

  • Publié 17.03.2018 à 20h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Un Français sur cinq consomme des produits à base d’aspartame au moins une fois par semaine. Outre-Atlantique, la tendance est encore plus marquée : 30 % de la population en absorbe chaque jour.

L’argument phare de ces produits : limiter les apports en sucre, et donc la prise de poids. Mais rien dans la littérature scientifique ne semble confirmer cette affirmation. C’est même l’inverse.

Fausses-promesses

Contrairement aux promesses affichées sur les étiquettes des produits qui en contiennent, les édulcorants n’aident pas à perdre du poids. Ce serait même le contraire, d’après une étude récente publiée par Obesity Facts et une revue de 37 études de la littérature scientifique publiée dans le Canadian Medical Association Journal : sur le long terme, les produits « light » favorisent la prise de poids. Plus la consommation dure et plus ce lien est solide.

Argument purement marketing

Les marques qui commercialisent ce genre de boissons et de produits jouent sur un fait scientifiquement prouvé : le sucre fait grossir. En proposant des sodas allégés en sucre, elles induisent le consommateur à penser que c’est forcément bon pour sa santé.

Or, c’est ce n’est pas parce qu’une proposition est vraie que son inverse l’est aussi. En effet, le sucre est remplacé par des édulcorants : l’aspartame, le sucralose, ou d’autres, et la consommation en « produits allégés » est au final plus importante.

Envie de sucre augmentée

Autre hypothèse avancée par les chercheurs : les édulcorants augmentent la sensation de faim. Le consommateur aurait donc plus envie de sucre ou de gras en consommant des boissons « light ». Il grignoterait plus. 
Le microbiote, ou la flore intestinale, serait aussi perturbé par ces sodas. Conséquence : le diabète serait favorisé et apparaitrait plus facilement qu’avec une consommation de sucre normale. 

Et les effets délétères des édulcorants ne s’arrêtent pas là. La revue de la littérature met aussi en évidence un lien avec des troubles du métabolisme. Pour chaque portion quotidienne, le risque relatif de diabète augmente de 3 %.

Moralité : regardez bien les étiquettes, car certains édulcorants n’apparaissent pas sous leur vrai nom.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité