>
>
Gastroentérite de l’enfant : une diarrhée aiguë virale et douloureuse

Gastroentérite de l’enfant : une diarrhée aiguë virale et douloureuse

Publié le 05.11.2018
Gastroentérite de l’enfant : une diarrhée aiguë virale et douloureuse
©123RF-Philippe Renaud

La gastroentérite de l’enfant est une maladie inflammatoire aiguë de l’intestin, à l’origine de nausées, de vomissements, de douleurs à type de crampes abdominales et d’une diarrhée. Elle est le plus souvent secondaire à une infection par un virus et peut provoquer une déshydratation chez l’enfant.

Gastroentérite de l’enfant : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

La gastroentérite correspond à une inflammation aiguë de la paroi de l’intestin qui est aussi appelée « Gastro ».
Les gastroentérites les plus fréquentes sont surtout virales, l’hiver, et apparaissent en contexte épidémique.
Le risque principal est la déshydratation liée à la perte de fluides et, plus rarement, une « invagination intestinale aiguë ».

Qu’est-ce qu’une gastroentérite aiguë de l’enfant ?

La gastroentérite aiguë est essentiellement une diarrhée aiguë qui s’accompagne généralement de nausées, de vomissements, de douleurs du ventre (« douleurs abdominales ») à type de crampes, généralement dans un contexte de fièvre, voire de déshydratation.

Une diarrhée est définie par des émissions de selles liquides ou pâteuses de couleurs variées qui sont : quotidiennes, trop fréquentes et trop abondantes (poids supérieur à 300 g/j). En pratique, on parle de diarrhée lorsqu'il y a plus de trois selles molles ou liquides par jour.

Une diarrhée aiguë dure en général moins de 8 à 10 jours. Elle est précédée d'un transit normal et ne récidive pas à court terme.

Quelles sont les causes de la gastroentérite aiguë ?

Les principales causes de la gastroentérite aiguë de l’enfant sont virales (rotavirus le plus souvent), bactériennes (la bactérie elle-même ou sa toxine), parasitaires ou médicamenteuses (antibiotiques).

Une gastroentérite aiguë chez l’enfant survenant l’hiver est le plus souvent virale et est alors très contagieuse. Les gastroentérites virales surviennent chaque année par épidémie en décembre-janvier-février.

Les enfants recevant des antibiotiques peuvent souffrir d'une diarrhée. Celle-ci est le plus souvent bénigne, peu abondante et transitoire. Elle est due, le plus souvent, à une diminution de la capacité de fermentation du côlon.

Comment attrape-t-on une gastroentérite ?

La gastroentérite infectieuse virale est très contagieuse et sa transmission se fait :

• Par contact direct avec une personne malade (les mains sont souillées de selles si elles ne sont pas lavées = infection « manu-portée »),

• Ou indirectement par ingestion d’aliments ou de l'eau contaminés par une personne malade ou par contact avec des objets sur lesquels se sont déposés de fines particules de selles des personnes malades.

La gastroentérite est donc favorisée par la vie en collectivité (écoles, garderies,…) et la restauration collective.

Comment une gastroentérite aiguë évolue-t-elle chez l’enfant ?

Des épidémies de gastroentérites à rotavirus surviennent chaque année, en particulier chez l’enfant, généralement en décembre-janvier-février.

La gastroentérite virale dure généralement moins de trois jours et ne réapparaît pas à court terme, alors que la diarrhée bactérienne peut durer jusqu'à deux semaines.

Au cours d’une gastroentérite aiguë, surtout si elle est accompagnée de vomissements et/ou de fièvre, la diarrhée peut se compliquer d’une déshydratation par perte de fluides. Le risque est particulièrement fréquent chez les nourrissons ou les enfants qui souffrent d’une maladie chronique.

Une complication rare mais grave des nourrissons et des jeunes enfants en cas de gastroentérite virale est la survenue d’une invagination intestinale aiguë. Il s’agit d’une occlusion intestinale qui se produit quand un segment intestinal pénètre dans le segment intestinal d’aval. C’est une urgence chirurgicale qui doit être suspectée en cas de survenue d’une douleur paroxystique brutale (« crise invaginante ») avec apparition et disparition « à l’emporte pièce ». Celle-ci est suivie par la répétition de ces douleurs paroxystiques séparées par des intervalles de temps libre, avec vomissement alimentaires, refus du biberon ou de l’alimentation, puis apparition de sang dans les selles (« rectorragies »).

LE DIAGNOSTIC >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit