• CONTACT
Publicité


LES MALADIES

Phlébite : une thrombose veineuse qui peut se compliquer

Phlébite : une thrombose veineuse qui peut se compliquer

Phlébite : une thrombose veineuse qui peut se compliquer
yavdat/iStock
Publié le 16.12.2015
Mots-clés :

Phlébite : TRAITEMENT

Que peut-on faire en cas de phlébite ?

En cas de suspicion de thrombose veineuse, il est essentiel de prendre rendez-vous en urgence chez son médecin traitant qui, en général, fera pratiquer un écho-doppler veineux pour confirmer ou éliminer une phlébite.
Si les examens confirment la présence d’une thrombose veineuse profonde, le médecin pourra prescrire un traitement anticoagulant, associé au port d'un bas élastique de compression. L’objectif est d’inhiber la coagulation du sang, empêchant ainsi l’extension et la migration du caillot.

Quel est le traitement de la phlébite ?

Le traitement d’une phlébite superficielle consiste à prendre du repos, à surélever la jambe atteinte sur un coussin et à prendre un médicament contre la douleur éventuellement (antalgique type paracétamol).
Dans certains cas, si la personne présente des risques de thrombose veineuse profonde, le médecin peut décider de prescrire des médicaments anticoagulants pendant une à quatre semaines. Il peut également prescrire une contention veineuse à l’aide de bas ou de bandages compressifs.
Le traitement de la thrombose veineuse profonde repose classiquement sur des traitements anticoagulants. Il existe différents types de traitements anticoagulants : par voie orale ou par voie injectable.
Classiquement, des injections quotidiennes d’anticoagulants (héparines) sont prescrites en premier, dès la confirmation du diagnostic. Les anticoagulants injectables sont, dès confirmation du diagnostic, rapidement associés à un traitement anticoagulant par voie orale (anti-vitamine K ou « AVK »), dont l’actionest plus longue à se mettre en place.
Après quelques jours, lorsque les AVK sont suffisamment efficaces (des prises de sang sont faites pour s’en assurer), le traitement injectable est arrêté. Le traitement par AVK est poursuivi pour une durée allant de six semaines à plus d’un an, voire à vie.
De nouveaux médicaments dits AOD (anticoagulants directs oraux) sont maintenant disponibles. Ils peuvent être prescrit d’emblée à la place des piqûres (action rapide) et des anti-vitamine K. Ils ne requièrent aucun contrôle sanguin à la différence des anti-vitamines K. Le choix du traitement anticoagulant dépend de différents facteurs qui seront évalués par le médecin.
En plus des traitements médicamenteux, le médecin prescrit des bas de contention élastique de classe III à porter pendant au moins deux ans. Les chaussettes, bas ou collants sont à enfiler le matin avant de se lever.
La chirurgie et d’autres traitements spécialisés sont parfois indispensables : retrait d’un caillot par chirurgie vasculaire (« thrombectomie »), destruction du caillot par médicaments (thrombolyse), pose d'un « filtre cave » (filtre inséré dans la veine cave pour éviter la migration d'un caillot vers le cœur et les artères pulmonaires) ne sont recommandés que dans des cas bien particuliers.

<< DIAGNOSTIC
PREVENIR >>
Sur le même sujet :

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité