• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Feu vert pour les autotests et les tests antigéniques pour enfants : mode d’emploi

La Haute autorité de santé a autorisé ce lundi les autotests et les tests antigéniques pour les moins de 15 ans. L’objectif : briser les chaînes de contamination à l’école.

Feu vert pour les autotests et les tests antigéniques pour enfants : mode d’emploi naumoid/iStock

  • Publié le 27.04.2021 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’objectif est la réalisation de 400 000 dépistages par semaine d'ici à la mi-mai.
  • Les lycéens et les collégiens pourront réaliser eux-mêmes les autotests.
  • Les autotests salivaires ne sont pas recommandés, faute de données.

Alors que les écoles sont à nouveau ouvertes depuis lundi, la Haute autorité de santé (HAS) lève la limite d’âge pour l’utilisation des autotests et des tests antigéniques, alors fixée à 15 ans. L’objectif est la réalisation de 400 000 dépistages par semaine d'ici à la mi-mai dans le but de “briser les chaînes de contamination” à l’école. Les classes fermeront dès l’identification d’un cas positif au SARS-CoV-2. 

Des tests moins invasifs et adaptés aux plus jeunes

Ces nouvelles recommandations se fondent sur “de récents travaux de modélisations” réalisée par la HAS selon lesquels “ces tests peuvent être un outil de dépistage chez les moins de 15 ans”, a-t-elle écrit. La rapidité du résultat, obtenu en moins de 30 minutes, et la “possible utilisation de manière répétée chez un plus large public”, justifie leur déploiement chez les plus jeunes.

Ces tests présentent l’avantage d’être plus adaptés pour les plus jeunes. Le test salivaire est moins invasif pour les enfants que les prélèvements nasopharyngés et l’autotest nécessitent d’enfoncer l’écouvillon moins profondément dans les narines que lors de la réalisation de tests PCR. La HAS recommande que ces tests soient “réalisés au moins une fois par semaine selon les modalités de prélèvement les plus adaptées à l'âge, aux capacités de l'enfant et au contexte local.” Les lycéens et les collégiens pourront réaliser eux-mêmes les autotests. Pour les élèves de primaire, “l'auto-prélèvement initialement supervisé est (...) envisageable mais il est préférable que le test soit fait par les parents ou le personnel formé.” Pour les enfants en école maternelle, “le prélèvement et le test devront être réalisés par ces mêmes acteurs.”

Les autotests salivaires pas recommandés

La HAS a cependant émis des réserves sur l’utilisation des tests salivaires rapides. Ces autotests ne doivent pas être confondus avec les tests salivaires classiques dont les résultats sont analysés en laboratoire. L’autorité avance un manque de données qui “très hétérogènes, ne permettent pas à ce stade de montrer une efficacité suffisante pour pouvoir être recommandés.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité