• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Démence

Alzheimer : l’hypertension nocturne pourrait être un facteur de risque

Lorsqu’elle est trop élevée la nuit, la tension artérielle pourrait être le signe d’un risque accru de démence. 

Alzheimer : l’hypertension nocturne pourrait être un facteur de risque BrianAJackson/istock

  • Publié le 09.02.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Durant le sommeil, la tension artérielle est normalement plus basse
  • Lorsqu'elle est plus élevée, on parle de "reverse dipper" qui empêche le cerveau de se "nettoyer"
  • C'est ce qui entraîne une augmentation du risque de maladie neuro dégénérative

La maladie d’Alzheimer est liée à plusieurs facteurs : le diabète, la sédentarité, la génétique, le mode de vie et l’âge peuvent augmenter le risque d’en être atteint. Des chercheurs de l’université d’Uppsala en Suède constatent qu’un certain type d'hypertension artérielle peut être ajouté à cette liste. Dans la revue spécialisée Hypertension, ils expliquent que les personnes souffrant d’hypertension artérielle nocturne ont davantage de risques de souffrir de la maladie d’Alzheimer. 

La nuit, période cruciale pour la santé cérébrale 

La pression artérielle varie tout au long de la journée, et atteint normalement son niveau le plus bas pendant la nuit. Pour certaines personnes, c’est l’inverse : leur pression artérielle est à son pic le plus élevé pendant la nuit. Ce phénomène s’appelle le "reverse dipper". "La nuit est une période critique pour la santé cérébrale, indique Christian Benedict, professeur associé au département de neurosciences de l’université d’Uppsala, et directeur de l’étude. Des études sur les animaux ont précédemment montré que le cerveau élimine ses déchets pendant la nuit, et que ce nettoyage est compromis par les troubles de la pression artérielle. Dans la mesure où la nuit représente aussi un moment critique pour le cerveau humain, nous avons voulu voir si une pression artérielle nocturne trop élevée, comme c’est le cas dans le reverse dipping est associée à un risque plus élevé de démence pour les hommes âgés." 

Un risque plus élevé de démence 

Avec son équipe, ils ont compilé les données de plus de 1 000 hommes âgés. Ils ont été suivis pendant 24 ans au maximum. "Le risque de démence était 1,64 fois plus élevé chez les hommes touchés par le reverse dipping, en comparaison à ceux ayant un rythme de pression artérielle normal", précise Xiao Tan, auteur principal de cette recherche. L’étude présente une limite : la cohorte de patients était composée exclusivement d’hommes. "Nos résultats devront être reproduits dans un groupe de femmes âgées", souligne Christian Benedict. Le scientifique suédois s’intéresse également aux effets des antihypertenseurs sur l’hypertension nocturne, il désire comprendre si leur utilisation peut réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. 

Une maladie fréquente 

L’hypertension artérielle est une maladie chronique très fréquente : un adulte sur trois serait concerné, mais seulement la moitié des personnes concernées sont diagnostiquées. Provoquée par une pression trop élevée dans les vaisseaux sanguins, elle peut être responsable d’un accident vasculaire cérébral ou d’un infarctus du myocarde. Une amélioration de l’hygiène de vie (perte de poids, rééquilibrage alimentaire, arrêt du tabac et de l’alcool, activité physique) peuvent aider à retrouver une pression artérielle normale. Dans le cas où c’est insuffisant, des traitements médicamenteux sont disponibles. Toutefois, pour 10 à 30% des personnes concernées, l’hypertension est résistante aux médicaments.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité