• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Pourra-t-on choisir son vaccin contre la Covid-19 ?

Eventuel choix entre les différents vaccins, quel délai entre les deux injections et que faire si l'on est infecté après la première injection ? Le point sur ces questions alors que la campagne de vaccination continue de s'accélérer en France.

Pourra-t-on choisir son vaccin contre la Covid-19 ? Lubo Ivanko/iStock

  • Publié le 13.01.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • On ne pourra pas choisir la marque de son vaccin s’ils ont “le même niveau d’efficacité”.
  • Il n’est pas non plus possible de choisir la marque d'un vaccin pédiatrique ou d'un vaccin contre la grippe.
  • La première dose du vaccin Pfizer a réduit les infections d'environ 50% 14 jours après en Israël.

En France, seul le vaccin Pfizer est actuellement disponible. Celui développé par Moderna va bientôt être déployé, après avoir été autorisé par l’Agence européenne des médicaments et la Haute autorité de santé. Le vaccin britannique mis au point par AstraZeneca devrait suivre dans les prochaines semaines, sous réserve de son acceptation par les autorités de santé européennes et nationales. Une fois tous ces vaccins disponibles, pourra-t-on choisir lequel administrer ? Non, à en croire Olivier Véran, interrogé sur BFM TV le 7 janvier dernier. Le ministre de la santé a affirmé que l’on ne pourra pas choisir la marque de son vaccin s’ils ont “le même niveau d’efficacité”.

Deux injections de la même marque

Ce non-choix vaccinal n’est pas une nouveauté puisque qu’il n’est pas non plus possible de choisir la marque d'un vaccin pédiatrique ou d'un vaccin contre la grippe. Actuellement, les seuls vaccins contre la Covid-19 disponibles sont ceux de Pfizer qui sont des vaccins “à ARN Messager (...) avec la même efficacité et les mêmes indications, poursuit Olivier Véran. Il n'y a donc pas lieu de poser la question du choix.” Chacune des deux injections devra, elle, être de la même marque.

L’une des autres raisons qui pousse le gouvernement à répondre par la négative sur le choix de la marque du vaccin concerne l’incertitude des stocks disponibles. Une incertitude qui le pousse également à envisager d’espacer les doses alors qu’une période de 21 à 28 jours est conseillé entre les deux injections par les chercheurs qui ont mis au point les vaccins.

Attention au délai

Sur cette question, l’Académie de médecine a rendu lundi 11 janvier un avis sur la question, estimant que seuls les publics les moins vulnérables peuvent se permettre d’avoir un délai élargi entre les deux injections à l’unique condition d’un problème de stock. “Chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants, le report de la deuxième injection prolonge l’état de réceptivité accrue”, justifie-t-elle.

Par ailleurs, si une infection se déclare après la première injection, notamment les porteurs asymptomatiques au moment de la vaccination, la deuxième devra attendre “après la phase aiguë de la maladie, nous a précisé la Haute autorité de santé. Cela permet d’éviter l’emballement du système immunitaire.”

Une seule dose : insuffisante pour protéger du virus

En Israël, salué pour sa vitesse vaccinale où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a organisé mardi une cérémonie célébrant le 2 000 000e vacciné, soit près d’un habitant sur cinq, les premières données de la campagne de vaccination montrent l’importance de la deuxième injection. La première dose du vaccin Pfizer a réduit les infections d'environ 50% 14 jours après, selon des chiffres présentés par le gouvernement mardi 12 janvier. “Les données sont préliminaires et basées sur les résultats des tests de coronavirus chez ceux qui ont reçu le vaccin et ceux qui ne l'ont pas reçu”, a précisé Sharon Alroy-Preis, cheffe du département de la santé publique du ministère de la Santé.

Le vaccin devrait atteindre son plein potentiel de protection une semaine après l'administration de la deuxième dose. Celle-ci devrait amener les niveaux d'immunité à environ 90% après environ une semaine, selon les chiffres présentés par Pfizer en novembre dernier.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité