• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Tests salivaires : ils ne seront autorisés qu'après les résultats des études

Annoncés plus rapides et faciles que le test PCR, les tests salivaires de dépistage de la Covid-19 vont devoir attendre les résultats d’études en cours sur leur fiabilité avant d’être déployés.

Tests salivaires : ils ne seront autorisés qu'après les résultats des études Galina Sandalova/iStock

  • Publié le 02.09.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Il faut s'assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus.
  • Une étude est en cours en Guyane et une autre va démarrer à l'APHP de Paris.

Les tests salivaires vont-ils remplacer les prélèvements dans les narines, dits tests PCR ? “Des études sont en cours”, a tempéré Olivier Véran, jeudi 26 août pendant la conférence de presse gouvernementale, alors que ces tests apparaissent plus efficaces, plus rapides et moins douloureux que les tests PCR actuellement utilisés. “Il faut premièrement s'assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus”, a précisé la Direction générale de la santé (DGS) à l’AFP. Le SARS-CoV-2 pourrait y être présent en moins grande quantité.

Des tests pour les aéroports

Pour évaluer l’efficacité des tests salivaires, une étude a été lancée au Centre hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne, en Guyane. Une autre “démarrera dans les prochains jours” à l’APHP de Paris pour comparer la fiabilité de test avec le prélèvement nasal. En parallèle, les autres projets de tests salivaires, comme EasyCov qui est développé à Montpellier et permet d’obtenir un résultat en seulement une heure, des points de dépistage seront mis en place pour comparer leur performance aux tests PCR.

L’objectif de ces tests est de participer à la lutte contre la Covid-19 et accélérer les dépistages. “Dans un dépistage de masse, il faut pouvoir écarter rapidement sans trop d'erreurs les personnes non malades (le test doit avoir une bonne sensibilité)”, a poursuivi la DGS. Les tests salivaires dits de terrain pourraient “être utilisés comme tests rapides dans les lieux de passage par exemple, comme les aéroports, etc.” Cela pourrait permettre de séparer ceux qui sont suspectés d’être malades, qui pourront effectuer un nouveau test pour confirmer ou infirmer le premier, des autres.

De nouveaux labos de dépistage à Paris

Dans la volonté affichée par le gouvernement d’augmenter le nombre de tests de dépistage, la Ville de Paris a annoncé le déploiement de laboratoires gratuits dans la capitale. “Face à la recrudescence du nombre de cas Covid-19 constatés sur l’ensemble du territoire national, le dépistage est une action primordiale pour contenir la propagation du virus, avance la Ville de Paris dans un communiqué. En complément des dépistages réalisables dans les laboratoires privés, la Ville de Paris et l’Agence régionale de santé proposent dans chaque arrondissement des lieux de dépistage gratuit pour tous, y compris les non assurés sociaux.”

Aux États-Unis, un test de dépistage salivaire, développé par un chercheur de l'université de Yale, est disponible sur le marché depuis la mi-août. Ce test, nommé SalivaDirect, dix fois moins cher que celui utilisé jusque là, permet de sauter l’étape coûteuse de l’extraction de l’ARN en utilisant un procédé chimique et thermique pour extraire le génome du virus et détecter ou non sa présence.

Publicité
Téléchargez l’application « Mon Suivi de Bio Mol »,
un outil qui accompagne les patients atteints de LMC

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité