• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Reprise épidémique

Coronavirus : la France est dans « une situation à risques » selon Olivier Véran

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé met en garde les jeunes générations contre l’accélération des contaminations au virus SARS-CoV-2, mais exclut pour le moment tout reconfinement général.

Coronavirus : la France est dans « une situation à risques » selon Olivier Véran Julien Viry/iStock

  • Publié le 23.08.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le ministre de la Santé rappelle que le virus "circule quatre fois plus" chez les moins de 40 ans que chez les plus de 65 ans.
  • Pour l'heure, un reconfinement général de la population française n'est pas envisagé.

"Nous sommes dans une situation à risques". Dans un entretien accordé ce 23 août au Journal du Dimanche, Olivier Véran appelle à la vigilance de tous, et en particulier des plus jeunes.

Alors que depuis le début du mois, les indicateurs repartent à la hausse et que l’Hexagone a enregistré plus de 3 600 nouveaux cas samedi, le ministre de la Santé a tenu à rappeler que la lutte contre l’épidémie de Covid-19 "ne s’est jamais arrêtée". "Elle a seulement été contrôlée pendant le confinement puis le déconfinement progressif", précise Olivier Véran, qui souligne qu’"après trois mois de baisse de la circulation du virus, on observe une nette augmentation depuis cinq semaines, de façon globale, et activement dans certains territoires. Ce n'est pas une exception française, c'est une dynamique européenne".

Sensibiliser les jeunes, une priorité

Selon le ministre de la Santé, ce sont désormais "les moins de 40 ans" qui sont en première ligne des contaminations, puisque le virus "circule quatre fois plus" dans cette tranche d’âge que chez les plus de 65 ans. Or, si "les jeunes sont plus souvent asymptomatiques, ont moins de complications médicales", ils ne sont pas forcément à l’abri et peuvent "contaminer les personnes âgées, qui contractent plus souvent des formes plus graves de la maladie".

Pour enrayer les contaminations, le gouvernement mise donc sur la sensibilisation. "Vous ne vous sentez peut-être pas concerné par le virus mais lui ne se sent pas moins concerné par vous. Votre comportement peut changer les choses. Vous avez l'impression que vous ne risquez rien, mais c'est faux : des jeunes en pleine forme peuvent se retrouver en réanimation. Et vous risquez de contaminer des personnes plus fragiles et d'entraîner pour votre ville des conséquences dont vous ne voulez plus", avertit Olivier Véran, qui précise également qu’il y aura aussi davantage de contrôles et de sanctions.

Pas de reconfinement général

Si l’épidémie repart à la hausse à partir de la rentrée, faut-il s’attendre à un nouveau confinement général ? Pour le ministère de la Santé, "ce n’est pas à l’ordre du jour" et ça ne constitue pour l’heure "pas une hypothèse de travail". "Contrairement au printemps, nous avons plus de connaissances, plus de moyens à notre disposition. Nous pouvons mettre en place des mesures spécifiques, territorialisées, comme nous l’avons fait avec succès en Mayenne." Olivier Véran mise aussi, sur la définition et la mise en place de "toutes les règles et protocoles nécessaires pour que la rentrée puisse se dérouler dans les meilleures conditions". Avec, en premier lieu, le port du masque obligatoire pour le personnel enseignant et les élèves de plus de 11 ans dès la rentrée.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité