• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage

Covid-19 : pourquoi le test PCR n’est pas une partie de plaisir

Utilisé en France depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le test diagnostic PCR consiste en un prélèvement naso-pharyngé réalisé grâce à un écouvillon. Facile à réaliser, il n’en est pas moins désagréable, voire douloureux pour les patients.

Covid-19 : pourquoi le test PCR n’est pas une partie de plaisir itakayuki/iStock

  • Publié le 14.08.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Bien que fiable et rapide, le test PCR, qui consiste en un prélèvement des cellules nasales à l'aide d'un écouvillon, peut être irritant, voire un peu douloureux.

Trois à quatre heures : c’est le délai moyen nécessaire pour obtenir les résultats d’un test diagnostic virologique de la Covid-19. Également appelé test PCR (pour “polymerase chain reaction”), ce dépistage a été disponible dès le début de l’épidémie de Covid-19 en France et ce, bien avant l’arrivée des tests TDR (Test de Diagnostic Rapide), TROD (Test Rapide d'Orientation Diagnostique) et des autotests salivaires.

En quoi consiste le test PCR ?

Réalisé dans les centres hospitaliers universitaires (CHU) et les laboratoires de villes certifiées PSM2, essentiellement sur prescription médicale, le test de dépistage PCR consiste en un prélèvement naso-pharyngé (dans la gorge, le nez et le nasopharynx). L’infirmier ou le biologiste (médecin ou pharmacien.ne) insère dans les deux narines un écouvillon (une sorte de long coton-tige) pour prélever les cellules nasales profondes.

L’échantillon est ensuite analysé en laboratoire pour détecter les gènes spécifiques du SARS-CoV-2.

Un examen irritant

Avec un taux de faux-positif avoisinant les 20 à 30 %, le test PCR est à ce jour le plus fiable pour diagnostiquer la Covid-19. Cependant, s’il est également rapide (15 à 30 secondes) et non-invasif, il peut être désagréable, voire un peu douloureux pour les personnes qui le subissent.

En cause : son long goupillon, qui doit prélever des cellules nasales profondes, se situant jusqu’à 7 cm de l’entrée de la narine dans la paroi arrière du pharynx, à l’arrière du nez et de la gorge.

Interrogé par Yahoo Actualités, Ruben, 27 ans, décrit ainsi une expérience loin d’être agréable. “Au début on se rend compte que le grand coton-tige rentre loin dans la narine, puis très loin, puis très très loin jusqu’à atteindre quasiment l’œil. Une fois que le coton-tige est sous l’œil, la personne qui prélève gratte dans tous les sens et ça fait mal. Ça fait un peu comme si on grattait tout au fond de notre narine avec notre ongle, raconte-t-il. Je ne savais même pas que c’était possible d’aller aussi loin. Par contre c’est instantané, ça fait mal sur le moment mais après on ne sent plus rien.”

Maggali, infirmière, l’a pour sa part “trouvé plus désagréable que douloureux, mais je ne peux pas dire que ça ne fait pas mal du tout.”

Dans tous les cas, et pour éviter que le test naso-pharyngé ne se révèle être plus douloureux que nécessaire, il convient de respecter certaines règles : que le ou la patiente se tienne le dos droit, la tête droite, et que l’écouvillon soit inséré à l’horizontale, sans forcer, pour atteindre le nasopharynx. Il est alors nécessaire d’effectuer des rotations pendant environ 5 secondes pour recueillir des cellules nasales contenant le matériel génétique du SARS-CoV-2, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Publicité
Téléchargez l’application « Mon Suivi de Bio Mol »,
un outil qui accompagne les patients atteints de LMC

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité