Publicité

QUESTION D'ACTU

Pollution intérieure

Des substances chimiques présentes dans la poussière favorisent l’obésité des enfants

Une nouvelle étude américaine pointe la présence de produits chimiques perturbant le système endocrinien dans la poussière domestique. Selon les chercheurs, ces substances favoriseraient l’obésité infantile en contribuant au développement des cellules adipeuses.

Des substances chimiques présentes dans la poussière favorisent l’obésité des enfants olesiabilkei/iStock

  • Publié le 28.03.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les perturbateurs endocriniens ne sont pas seulement présents dans les produits d’entretien, les emballages alimentaires, les cosmétiques, le mobilier ou les pesticides : ils le sont aussi dans la poussière qui envahit nos maisons et appartements

Plusieurs études ont déjà montré que ces substances nocives contribuaient à la pollution intérieure, ainsi qu’à l'accumulation de triglycérides - un type de graisse présent dans le sang - et à une augmentation de l'obésité chez les modèles animaux. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Duke, en Caroline du Nord, et présentée lors de l’ENDO 2019, la réunion annuelle de l’Endocrine Society, va plus loin. Selon ses auteurs, les perturbateurs endocriniens présents dans le système domestique favoriseraient le développement des cellules adipeuses dans nos modèles cellulaires. Cela pourrait contribuer à la prise de poids et à l’adiposité, en particulier chez les enfants.

"Il s’agit de l’une des premières recherches sur les liens entre l'exposition à des mélanges de produits chimiques présents dans l'environnement intérieur et la santé métabolique des enfants vivant dans ces foyers", affirme le Pr Christopher Kassotis, de la Nicholas School of the Environment de l’Université de Duke, et principal auteur de l’étude.

Un développement des cellules adipocytes

Pour parvenir à cette conclusion, le Pr Kassotis et ses collègues ont étudié l’effet des mélanges chimiques isolés de la poussière domestique. Ils ont prélevé 194 échantillons de poussière de maison dans des ménages du centre de la Caroline du Nord. Ils ont ensuite extrait en laboratoire les produits chimiques de la poussière. Ces extraits ont été testés pour leur capacité à favoriser le développement des cellules adipeuses dans un modèle cellulaire.

Ils ont alors découvert que de très faibles concentrations d'extraits de poussière pouvaient favoriser l’accumulation de triglycérides et donc au développement des cellules adipeuses. Cette concentration de perturbateurs endocriniens dans la poussière domestique a des conséquences directes sur le poids et l’adiposité des enfants. En effet, selon la United States Environemental Protection Agency (EPA), une agence indépendante du gouvernement des États-Unis, les enfants consomment entre 60 et 100 milligrammes de poussière par jour.

"Nous avons découvert que les deux tiers des extraits de poussière étaient capables de favoriser le développement des cellules adipeuses et que la moitié d'entre eux favorisaient la prolifération des cellules adipocytes à 100 microgrammes, soit environ 1 000 fois moins que ce que les enfants consomment quotidiennement", détaille le Pr Kassotis.

Plus de 100 produits chimiques présents dans la poussière domestique

Les chercheurs ont ensuite mesuré plus 111 produits chimiques différents dans la poussière et ont examiné la relation entre leurs concentrations et le degré de développement des cellules adipeuses. Ils ont découvert qu'environ 70 de ces produits chimiques avaient une relation positive significative avec le développement de cellules adipeuses induites par la poussière, et qu'environ 40 étaient liés au développement de cellules précurseurs des adipocytes. "Cela suggère que des mélanges de produits chimiques présents dans l'environnement intérieur pourraient être à l'origine de ces effets", avance le chercheur.

"Il est intéressant de noter que plus la poussière est capable de favoriser le développement des adipocytes, plus l'IMC des personnes vivant dans ces maisons est élevé. Nous avons démontré une relation entre les produits chimiques présents dans l'environnement intérieur et la santé métabolique", a-t-il encore déclaré lors d'une conférence de presse.

Les scientifiques aussi ont découvert que parmi ces produits chimiques, certains étaient significativement élevés dans la poussière des maisons des enfants en surpoids ou obèses. Ils poursuivent donc leurs travaux sur ces produits chimiques - dont certains se trouvent dans des produits ménagers courants comme les détergents à lessive, les nettoyants ménagers, les peintures et les cosmétiques – afin de déterminer lesquels peuvent être liés à l'obésité.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité