Publicité

QUESTION D'ACTU

Pré-histoire

L’empathie est aussi vieille que l‘homme de Néandertal

Les hommes de Néandertal n’était pas les brutes que l’on peut imaginer. L’assistance à ses pairs et le soin des blessés étaient répandus et réalisés par empathie, et non de manière intéressée. 

L’empathie est aussi vieille que l‘homme de Néandertal 1971yes/iStock

  • Publié 14.03.2018 à 15h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Des hommes en peaux de bête, sales, brutaux, avec des os dans les cheveux.. Voilà l’image caricaturale que nous avons des hommes de Néandertal. Mais c’est en réalité l’empathie qui leur a permis de survivre.

Ils s’occupaient de leurs pairs blessés, quelque soit la gravité de la blessure et, surtout, de manière désintéressée. C’est le résultat d’une étude réalisée par l’université britannique de York

La non-exclusion des malades et blessés 

Les hommes de Néandertal n’étaient donc pas des brutes par comparaison à l’homme moderne. Au contraire, la santé et le soin des malades ou blessés avaient leur place. Les techniques de soin étaient efficaces, et surtout réalisées sans arrière-pensée intéressée.

« Nos résultats montrent que les hommes de Néandertal ne pensaient pas en se demandant si les autres allaient leur rendre ce service à l'avenir, ils répondaient juste à leurs sentiments face au fait de voir l’un d’entre eux souffrir », explique le docteur Penny Spikins.

Les scientifiques se sont rendus compte que les blessés et malades continuaient à faire partie du groupe. Même si leurs facultés à participer aux taches de la  vie quotidienne étaient largement réduites. Ils étaient enterrés au même titre que tout le monde avec une sépulture.

Une longue histoire des soins de santé 

« Nous pensons que les soins de santé réalisés avec empathie et connaissances ne sont pas propres à nos espèces, mais ont plutôt une longue histoire avec de nombreuses évolutions », conclut le Dr Spikins.

Dans certains cas, les maladies ou blessures démarraient bien longtemps avant la mort, et nécessitaient des soins spécifiques, comme des massages, gérer la fièvre, surveiller le malade etc.

Si l'homme de Néandertal nous a transmis cette capacité d'empathie.. C'est à lui que l'on doit nos risques de développer dépression et addiction. Un héritage plus lourd à porter !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité